ACTUALITÉS
JOURNAL DE BORD



LE FRAU... LE FILM!


Cliquez pour visionner!

  • PÉTITION : 10.000 SIGNATURES !

    10.000 GALETS EN COLÈRE !... ÇA COMMENCE A FAIRE BEAUCOUP !!!

    MERCI À TOUS POUR VOTRE SOUTIEN SOLIDAIRE !

    LE COMBAT CONTINUE...

    GARDAREM LOU FRAU!





  • (12/08/2017)- PLUS JAMAIS ÇA !


    Dans les plaines de l’Alberta, au Canada, des firmes pétrolières canadiennes et internationales, parmi lesquelles Shell et Total, exploitent les gisements de sables bitumineux à un rythme effréné…

    Ces entreprises se présentent comme « écolo-responsables » alors qu’elles émettent des quantités massives de CO2.

    Chez nous dans les Landes du Frau, nous luttons contre une multinationale Power Corporation dont sa branche européenne Pargesa détient en outre Imérys (l’exploitant actuel de la carrière). Cette multinationale est en fait à l’origine canadienne avec à sa tête la famille Desmaret.

    Parmi mes lectures estivales, je viens de lire un roman intitulé : « la femme tombée du ciel » de Thomas King. Je me suis donc plongé dans l’univers de ce livre qu’en fait nous connaissons bien à travers notre combat et sous un autre angle, très particulier, qui prend en compte le supplice des peuples amérindiens face à la monstruosité de l’homme contemporain vis-à-vis de son environnement.

    « L’extraction des sables bitumineux est coûteuse et dévore des tonnes d’eau produisant quatre fois plus de gaz à effet de serre que les puits de pétrole. Le plus inquiétant, c’était que les usines de traitement se trouvaient juste à côté de la rivière et que les bassins de résidus présentaient un réel danger ».

    Les bassins de rétention, cela ne vous dit rien ?

    Avec Imérys n’avons-nous pas connu pareille mésaventure ?

    Bien sûr, cela n’a pas eu les mêmes conséquences et cela n’a pas fait la une des médias, pas même celle de la presse locale !

    Pourtant nous avons fait tous les recours auprès de l’administration qui a conclu que cet incident qualifié de mineur n’avait aucune conséquence, ni pour la population locale, ni pour l’environnement.

    Au Canada la catastrophe est appelée « La ruine ».

    « Ce matin-là, la rivière est devenue aussi verte que l’émeraude. Comment les gens ont été frappés par la maladie et la mort ?

    Combien de semaines et de mois a duré leur agonie ?

    Comment les tortues et tout ce qui vivait dans le lit de la rivière ont disparu ? »

    Chez nous il ne s’agit que d’un petit ruisseau qui prend sa source quelques centaines de mètres en amont du site industriel. Il n’empêche que c’est au bout du compte, la même désolation dans le cadre de la disparition de la biodiversité. A coup de dérogations administratives, demandées et systématiquement obtenues par l’exploitant, pour destruction d’espèces protégées, notre ruisseau se meurt saturé d’argile et de floculant et la vie aquatique disparait petit à petit.

    Comme les petits ruisseaux font les grandes rivières, nous vous laissons deviner la suite !

    A chaque évènement pluvieux, provoquant un ravinement d’ampleur significative, dont nous avons fait constater les faits par les autorités, ne nous est parvenu en retour que leur silence assourdissant. Ça continu donc de façon récurrente et notre ruisseau s’empoisonne, n’étant plus au final qu’une simple voie d’évacuation des trop-pleins de la carrière.

    En 1235, le seigneur de Gourdon octroya cette terre, plus de 250 ha aux moines Grandmontains afin qu’ils fondent un prieuré. Ils développèrent cette vallée, pour lui donner le caractère que nous lui reconnaissons aujourd’hui. Le patrimoine qu’ils nous ont laissé, malgré les soubresauts de l’histoire de France, pour une bonne part, est classé et pour l’autre protégé par des espaces naturels sensibles, des ZNIEFF et certains PLU de communes concernées.

    L’exploitant Imérys n’a aucun respect envers tout cela, seule compte la ressource minière qu’il surdimensionne souvent afin de prouver l’intérêt qu’il porte à ce gisement. Foutaises, les quantités extraites jusqu’à maintenant, nous ont prouvé cette surestimation de la ressource en provoquant des demandes d’extension successives, entrainant déjà une surface exploitée de plus de 60 ha.

    Imérys veut passer en force en invoquant l’intérêt général pour sa future demande d’extension sur un territoire appartenant à l’Etat, un projet d’extension de 70 ha de vergers à graines présenté aux élus de Lavercantière en 2014 sur lesquels l’ONF a été missionné par l’Etat pour en assurer la gestion, chose qu’il faisait plutôt bien jusqu’à maintenant. Aujourd’hui, comme par hasard, l’État se désintéresse des parcelles visées par Imérys. L’opposition catégorique des élus de la commune de Lavercantière pour défendre leur territoire et leur patrimoine, ainsi que notre association qui a su mobiliser largement en organisant bon nombre de manifestations, en interpellant les élus et le Gouvernement, ont fait reculer Imérys qui a réduit la voilure et projette de déposer une nouvelle demande d’extension portant sur 19 hectares vers les vergers à graines. Nous connaissons bien leur stratégie et nous ne sommes pas dupes. Ce qu’ils visent à terme c’est bien les 70 ha de Landes du Frau, en fractionné puisqu’ils ne peuvent avoir tout d’un coup et de cette façon minimiser l’impact dans l’opinion publique... et ensuite ça continuera encore et encore, ça n’en finira jamais !... Tant qu’il restera des galets dans le Lot.

    Actuellement, nous avons un Ministre de l’environnement qui connait bien les réalités du terrain et les pratiques des multinationales dont la communication « écolo-responsable » a pour but de duper l’opinion public et les décideurs politiques.

    Livrer, tout ou partie de notre territoire, à une multinationale, serait un non-sens !

    Les dégradations déjà subies, au niveau des sites d’exploitation, sont irréversibles.

    Nous exigeons, aujourd’hui comme hier, que cette exploitation industrielle cesse sur le champ !

    Rémi de Bouteiller

    La femme tombée du ciel de Thomas King aux éditions Philippe Rey - ISBN: 2848765895




  • (04/08/2017)- LA LOGE DU FRAU INCENDIÉE...


    La Loge du Frau a été incendiée dimanche dernier vers 22h00, ce qui, sans l'intervention rapide des pompiers de Catus aurait pu avoir des conséquences catastrophiques!

    La loge se situait à une quarantaine de mètres de la route (RD25), ce qui exclue la probabilité d'un incendie provoqué par un mégot de cigarette jeté par un imbécile depuis un véhicule...
    La combustion instantanée étant aussi à exclure, il ne reste plus qu'à en déduire que nous sommes à nouveau face à un inconscient ou à une belle bande de débiles!

    Le Maire de Lavercantière, Gilles Vilard, à la suite de l'incident a porté plainte contre X auprès de la gendarmerie de Salviac.
    Nous espérons cette fois, car les faits sont extrêmement graves, qu'une enquête sérieuse sera menée et que cette fois-ci elle aboutira.


    Programme



  • (31/07/2017)- ET VOILA QUE ÇA RECOMMENCE...


    Vous avez eu beaucoup de chance de ne pas vous êtes trouvés au volant de votre véhicule ce mercredi 26 juillet sur la RD25 à hauteur de Castanié (commune de Peyrilles) en direction de Lavercantière aux alentours de 10h00 du matin...
    Cette fois-ci le chauffeur qui transportait du granulat chargé chez imérys a fini à l'hôpital!
    La trace de freinage en dit long!!!

    Le trafic dû à la carrière, sur cette route et sur la RD50, est devenu insupportable! Il est temps que le Conseil Départemental prenne la mesure du danger que la circulation de tels camions sur ces routes trop étroites et inadaptées représente pour les usagers!


    Programme
    #rasleboltheron

    Programme
    #raslebolimerys



  • (01/03/2017)- IMAGES EN RÉSISTANCES 2017 - 8ème ÉDITION... du 1er MARS au 5 MARS 2017 à L'ATALANTE - GOURDON


    Face aux guerres planifiées qui déstructurent les sociétés humaines de longues dates installées et qui mettent sur la route des femmes, des hommes, des enfants, en les déchirant au plus profond d'eux-mêmes aux barbelés des frontières,
    Face à la cupidité des multinationales qui chassent les habitants de leurs territoires ancestraux et qui les mettent également sur la route,
    Face aux entreprises qui polluent en connaissance de cause au mépris de la santé des Hommes et de la Terre,
    Face à l'intolérance et à l'obscurantisme qui contraignent les femmes à n'être que des choses,
    Face au système spéculatif financier qui transforme les monnaies d'échange en armes de soumission et d'exclusion,
    Face aux médias tenus par une minorité d'ultra libéraux milliardaires qui font passer leur propagande pour de l'information objective,

    Face à tout cela et, hélas, à bien d'autres choses, il y a des réalisateurs courageux, des associations, des initiatives citoyennes et politiques, des sentinelles et des lanceurs d'alerte, en fait des gens qui résistent ici et ailleurs.

    Les 8èmes rencontres « Images en résistanceS » vous proposent de partager les treize films qui ont été sélectionnés et qui illustrent ces résistances. Nous espérons qu'ils entreront en résonance avec nos consciences individuelles et collectives et avec nos cœurs.

    "Images en résistanceS 2017" ouvrira mercredi 1er mars à 21h00 avec le film de Carmen Castillo "Pour tout l'or des Andes" et finira le dimanche soir 5 mars à 21h avec le film de Morgan Neville "The music of strangers"... Venez nombreux!

    Pour le programme complet en PDF cliquez sur l'image...

    Programme



  • (22/02/2017)- FORÊT DE PROTECTION... SUITE!

    Le ministère de l'Agriculture a annoncé le 17 février la mise en place d'un groupe de travail pour élaborer une nouvelle version du décret créant un régime spécial de travaux dans les forêts de protection...

    Suite à cette levée de boucliers, le ministère a organisé une réunion d'échange le 16 février. Réunion, dont trois demandes principales d'évolution sont ressorties, affirme-t-il : possibilité d'exclure du champ du décret les forêts ayant fait l'objet d'un classement préalablement à sa parution, renforcement du processus décisionnel d'autorisation des travaux, restriction des substances minérales autorisées à entrer dans le champ du régime spécial...

    Lire l'article entier...

    https://www.actu-environnement.com/ae/news/travaux-foret-protection-revision-decret-28485.php4

    à suivre... nous jugerons sur pièce!





  • (22/02/2017)- IMÉRYS EN AFGHANISTAN...

    Une enquête menée par Le Monde révèle que ce spécialiste des minéraux industriels, coté en Bourse et contrôlé par le milliardaire belge Albert Frère – associé à la famille canadienne Desmarais –, s’approvisionne en talc, à travers un intermédiaire pakistanais, à Nangarhar, une province de l’est de l’Afghanistan en proie à une insurrection armée des talibans et de l’organisation Etat islamique. L’extraction minière y constitue l’une des principales sources de financement des insurgés.

    Après Lafarge, à qui le tour?
    Sans commentaire!

    Lire la suite...

    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2017/02/13/un-talc-tout-en-douceur-dans-la-guerre-des-talibans_5078682_3216.html






  • (22/02/2017)- VOUS AVEZ DIT EXTRACTIVISME ?

    L'extractivisme est une forme de développement à court terme, de plus en plus controversée, parce qu'il pousse à surexploiter ou faire disparaitre certaines ressources naturelles.
    Ce mode d'exploitation industrielle de la Nature est en effet source de nombreux conflits avec des populations autochtones et les organisations environnementales. selon Anna Bednik, le concept d'extractivisme est d'ailleurs né de mouvements sociaux-environnementaux de personnes et groupes s’organisant pour résister à des projets de grandes entreprises nationales voire transnationales qui menaçaient leurs terres, sols, ressources, etc, dont dans des zones naturelles préservées. Il désigne aussi des enjeux sociaux, politiques, environnementaux et de développement durable, car il est en partie à l'opposé de démarches telles que le recyclage, le zéro-déchet, l'économie circulaire et de la fonctionnalité, la sobriété énergétique ou la décroissance soutenable qui visent au contraire à préserver ces ressources pour les générations futures...

    Lire la suite...

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Extractivisme



  • (15/02/2017)- FORÊT DE PROTECTION... LE MINISTÈRE REVOIT SA COPIE!

    "...Dans l’urgence, le ministère de l’agriculture a en effet convoqué une « réunion technique », jeudi 16 février - à quelques jours de la fin de la consultation publique -, avec les différentes parties prenantes. « Nous avons entendu les inquiétudes, affirme le ministère.
    Nous allons travailler à une nouvelle rédaction du décret pour les dissiper. » Responsables forestiers et associations jugeront sur pièces..."

    (LE MONDE.FR 14.02.2017 Par Pierre Le Hir)

    Lire l'article entier : http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2017/02/14/des-forets-classees-sous-la-menace-d-une-exploitation-miniere_5079512_1652692.html

    à suivre... nous jugerons sur pièce!



  • (12/02/2017)- PÉTITION CONTRE LE PROJET DE DÉCRET VISANT LA FORÊT DE PROTECTION...

    Nous vous invitons à signer la pétition mise en ligne par l'Association "Sauvons la Forêt"...
    En suivant le lien :

    https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1087/non-a-l-exploitation-miniere-dans-les-forets-de-protection?mtu=217649417&t=3025#letter




  • (08/02/2017)- CONSULTATION PUBLIQUE AU MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE...


    Suite à un projet de décret concernant la forêt de Protection, nous suggérons la participation la plus large à la consultation publique

    AVANT LE 20 FEVRIER 2017 INCLUS

    de tous les membres de notre Association vers le site du Ministère de l'Agriculture...
    et vous pouvez bien entendu le diffuser le plus largement possible dans vos réseaux, amis, etc...

    Ce projet de décret remet en cause le principe de forêt de protection de façon radicale, ce qui est extrêmement inquiétant.


    Pour cela vous pouvez faire un copié/collé du texte dans l'encadré ci-dessous et l'envoyer à l'adresse mail suivante:
    consultations.foretdeprotection.dgpe@agriculture.gouv.fr



    CONSULTATION PROJET DE DÉCRET CONCERNANT LA FORÊT DE PROTECTION

    Alors que l'année 2015 a mis en évidence l'importance des sols à la base de la vie sur terre et leur importance cruciale pour le développement durable, le projet de décret ouvre la brèche de l'extractivisme dans toutes les forêts françaises et particulièrement, de façon indue, dans les forêts de protection alors que celles-ci bénéficient d'un régime spécial interdisant les fouilles et extraction de matériaux car elles ont spécialement été créées pour assurer le maintien des sols contre l'érosion et se prémunir contre les catastrophes et risques naturels.

    En effet, alors que le maintien des forêts de protection, sites classés par la loi et le Code forestier, s'impose pour des raisons écologiques ce qui en outre favorise le bien-être de la population, le projet de décret créée un régime dérogatoire à l'interdiction de certains travaux, sauf la recherche d'eau en la réservant aux seules installations de captage et limitant la traversée de ces parcelles forestières classées où les pâtures et le défrichage sont réglementés.
    Ainsi, toutes les forêts domaniales comme celles de Fontainebleau, Rambouillet, Vaison la Romaine, Milly la forêt, Senart, ou encore les dentelles de Montmirail ou Beaumes les Venise, mais aussi tous les massifs forestiers classés au titre de la protection la plus stricte, seront menacées et l'accès à leur sous-sol autorisé aux engins mécaniques pour une exploitation industrielle dangereuse offertes aux lobbies miniers, à la financiarisation de l'économie et des ressources naturelles, malgré le risque des multiples impacts sociaux et environnementaux particulièrement néfastes.

    Il est toujours étonnant de constater que des Ministres de la République, tels que Mr Le Foll et Mme Ségolène Royal qui se posent comme garants de la protection des biens communs, puissent ouvrir ainsi aussi clairement et facilement une brèche législative pour favoriser exclusivement l'activité industrielle et minière. Que penseront les prochaines générations de notre destruction massive des ressources de la vie et de la biodiversité?

    En conséquence, ce projet de décret, contraire au maintien des terres, à la protection contre les érosions, à la salubrité et à la santé publiques, doit, à l'évidence, être abandonné.


    Pour consulter ce projet de décret,
    cliquez sur le lien suivant:

    http://agriculture.gouv.fr/telecharger/83526?token=180f5899440e58e2bf033bd973474e7d




    Je tiens à souligner que la base du texte dans l'encadré ci-dessus nous a été soumis par Danièle Favari, juriste environnementale.

    Pour un peu plus de compréhension il est intéressant de rappeler quelques articles du Code forestier relatifs aux forêts de protection:

    Article L141-1

    Peuvent être classés comme forêts de protection, pour cause d'utilité publique, après enquête publique réalisée conformément aux dispositions du chapitre III du titre II du livre Ier du code de l'environnement :
    1° Les bois et forêts dont la conservation est reconnue nécessaire au maintien des terres sur les montagnes et sur les pentes, à la défense contre les avalanches, les érosions et les envahissements des eaux et des sables ;
    2° Les bois et forêts situés à la périphérie des grandes agglomérations ;
    3° Les bois et forêts situés dans les zones où leur maintien s'impose soit pour des raisons écologiques, soit pour le bien-être de la population.

    Article L141-2

    Le classement comme forêt de protection interdit tout changement d'affectation ou tout mode d'occupation du sol de nature à compromettre la conservation ou la protection des boisements.

    Article R141-14

    Aucun défrichement, aucune fouille, aucune extraction de matériaux, aucune emprise d'infrastructure publique ou privée, aucun exhaussement du sol ou dépôt ne peuvent être réalisés dans une forêt de protection.




  • (08/02/2017)- ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, SOIRÉE CINÉ/DÉBAT...

    L'Assemblée Générale de l'APSMB a réuni un grand nombre d'adhérents et a été de l'avis de tous, une réussite totale. Nous enverrons le compte-rendu aux adhérents dès qu'il sera rédigé!
    Le repas fut un grand moment de convivialité et de partage... et la soupe au chou très appréciée!

    La suite de la soirée s'est déroulée devant une salle comble (130/140 personnes) et le film d'Iñès Compan superbe et riche en enseignements.
    Anna Bednik, journaliste indépendante, spécialiste de l'extractivisme nous a fait une présentation de son travail et livré ses analyses sur le sujet. Nous la remercions pour la qualité de son intervention.

    La soirée s'est poursuivie autour d'un débat, bien orchestré par Merzouk, dans lequel chacun a pu s'exprimer librement. Ceci a permis d'évoquer des préoccupations aussi bien locales que très générales... La participation des salariés d'IMERYS a suscité un échange dans lequel chacun a pu écouter l'autre... Même si nous n'avons pas la même vision.

    Il nous semblait important de remettre en perspective le fait que la surconsommation de notre pauvre planète ne peut plus durer! Tous les signaux sont au rouge et il faudrait être aveugle pour les ignorer.

    Nous espérons que cette soirée vous a permis de comprendre un peu mieux notre démarche... Merci à tous pour votre participation!




  • (08/02/2017)- REJET DES BOUES ROUGES...

    Le gouvernement devra s'expliquer devant la Commission Européenne sur l'autorisation donnée à l'usine Alteo de Gardanne de poursuivre le rejet de déchets dans le parc national des calanques de Marseille...

    Lire la suite... ICI (Voir l'article du 03/02/2016 sur cette page!)

    Le fait est que l'État français, sur la décision du 1er ministre M. Vals, a pris la décision d’autoriser à fin 2015 et pour six ans la poursuite de l’activité de l’usine Altéo de Gardanne.
    L’industriel, qui a rejeté pendant cinquante ans des « boues rouges », toxiques, en plein cœur de l’actuel Parc national des calanques, a dû modifier ses procédés de production d’alumine à partir de bauxite et ne rejette plus qu’un liquide filtré. Ses opposants continuent de dénoncer ces effluents comme très polluants. (Le Monde.fr avec AFP - 02.09.2016)

    Alteo est visiblement tombée dans l'escarcelle d'Imérys... Que du bonheur!!!




  • (24/01/2017)- LAFARGE SUITE...

    Bercy a saisi la justice au sujet des activités de Lafarge en Syrie.
    Le ministère de l’économie a déposé une plainte à la fin de septembre 2016 auprès du parquet de Paris, qui a ouvert une enquête préliminaire en octobre.
    Lire la suite... ICI (Voir l'article du 24/06/2016 sur cette page!)

    Autre article concernant Lafarge et ses employés... Édifiant ! ICI

    (je rappelle que Lafarge fait partie du même groupe qu'Imérys!)




  • (17/01/2017)- NOUVELLES DU FRONT...

    Toujours dans l'attente du rapport de la commission interministérielle, nous restons sur le pied de guerre (C'est-à-dire " Vigilants ")...

    Nous avons proposé au Conseil Communautaire de Cazals-Salviac une rencontre afin de présenter notre association. Nous avons donc été reçus jeudi 15 décembre à Gindou pour exprimer notre point de vue et par la même occasion redresser quelques approximations, oublis, contre-vérités qui ont été propagées entre autres :

    OUI Il y a des riverains concernés par le projet d’extension (9 habitations !)

    NON les Vergers à graines ne sont pas à l’abandon !

    NON nous ne fustigeons pas les employés d’Imérys, et leur situation ne nous est pas indifférente.


    La campagne d’adhésion s’est achevée le 31 décembre 2016 et nous avons dépassé la barre des 100 adhérents.

    Nous tenions à informer M. Stéphane LE FOLL que les pins Laricio visés par Imérys se portent comme un charme (je ne parle pas de l'arbre:))... Après trois mois de sécheresse et de chaleur intense ! Un vrai défi au réchauffement climatique !

    La DRAC ne nous a toujours pas contactés concernant le fossé du diable malgré la demande expresse de Mme La Préfète du Lot en janvier 2016... Et notre dossier " Pollinisateurs " est resté coincé quelque part à la DREAL.

    Voilà ce qui concerne l’activité de l’association pour cette fin d’année, en ce qui concerne Imérys, c’est la routine (en France et dans le Monde) ... pollutions et licenciements abusifs ! ICI

    ou ...Et pour ceux qui ne parlent pas portugais : ICI

    Photos Source Web

    Sans compter, chers contribuables lotois qu’en 2016 vous avez participé financièrement à la réfection de la RD50 sur la partie allant de la RD25 à la carrière, qui comme le souligne la direction d’Imérys est dégradée par son activité à hauteur de 50% !

    Concernant 2017, le 28 janvier à 20h30 à l'occasion de notre Assemblée Générale Ordinaire, l'APSMB organise une soirée autour de l'extractivisme avec la projection de A Ciel Ouvert un film réalisé par Iñès Compan suivi d'un débat animé par Anna Bednik, journaliste indépendante.
    L’occasion de comprendre les tenants et aboutissants du pillage à grande échelle de notre planète !
    Cliquez ici/Click here Cliquez ici/Click here Cliquez ici/Click here
    ...infos, cliquer pour télécharger!

    ...ZAD veut toujours dire Zone à Défendre !... What else ?



  • (28/09/2016)- NOUVELLES DU FRONT...

    Toujours sur le qui-vive... mais très occupés! Hé oui l'été dans le Lot est plutôt touristique et économique!

    Donc nous avons plein d'infos à vous communiquer :

    1) - Dans un premier temps le texte que l'APSMB a remis aux membres de la mission interministérielle le 28 juin dernier (Voir articles dans la Dépêche et dans le Lot en action).
    Nous avons bien entendu remis d'autres documents concernant les vergers à graine et notre point de vue sur l'après Imérys
    Lors de cette audition le GADEL était représenté par Jacques Philbert et FNE Midi-Pyrénées par Rémi de Bouteiller, Jacque Philbert a présenté l'impact de l'exploitation sur la Bouriane et Rémi de Bouteiller le volet juridique développé en collaboration avec Danièle Favari (Juriste environnementale) et Hervé Hourcade (juriste de FNE Midi-Pyrénées).

    2) - Le 9 juillet Imérys a fait son grand raout de l'année!... intervenants, animations, manèges et green washing!!!... merguez peut-être?
    De nombreux intervenants dont :

    - Le Cercle Querçynois des Sciences de la terre...C'est normal, ils s'occupent de Géologie; les Géologues ne se préoccupent du vivant que lorsqu'il est modifié ou disparu (Paléontologie...etc...). Les plantes peuvent être parfois des plantes repères. Finalement cette association a vocation à collaborer avec Imerys.

    - Ectare, c'est le cabinet d'études classique (Toulouse, Brive) d'"experts" en environnement.
    Pour vous faire une idée :
    www.cabinet-ectare.fr/bureau_etudes_environnement/index.php/l-equipe
    A noter la présence de Jérome Segonds (Directeur de Projets "Territoires & Biodiversité") qui intervient aussi dans le Gers et la revue Isatis (il avait travaillé aussi sur l'extension de la carrière Decremps à St Denis Catus, sans noter la présence de la Fougère Osmunda regalis.)

    - Biocenys : Il est intéressant de regarder la vidéo de présentation par la dirigeante de l'entreprise, le site et ce qu'elle propose pour conserver " la biodiversité" un terme général qui manque tout de même de précisions. Quelle biodiversité ? On peut discuter, c'est comme la reforestation. Des précisions sur les plantes sentinelles sur le site d'Imerys seraient les bienvenues par exemple!

    Voici le vidéo :
    https://youtu.be/ObWuEdFyj5U

    - Quant à Rescue animals, à part prôner des sandwichs sans viande pour les techniciens d'Imerys, je ne vois pas ce que cette association de végétariens peut venir faire ici... à part recueillir les chats harets pour les stériliser..."

    ...et pour finir des coups de gueule ou des points sur les "i", au choix... et à suivre!

    Bonne lecture!



  • NOUS SOMMES POUR


    On reproche souvent aux militants de s’en tenir à la critique, de beaucoup « être contre » sans faire de propositions. Ainsi l’APSMB – Association pour la préservation des sites menacés en Bouriane – serait contre la carrière du Frau, donc contre Imérys (qui l’exploite), et même contre les emplois (qui s’y trouvent)?

    La vérité, c’est que nous sommes POUR :

    POUR la biodiversité unique du Frau

    POUR la préservation de ce lieu de légendes, racines et identité de notre pays

    POUR la concertation et l’implication réelle des citoyens dans les décisions qui gouvernent leur vie : implantation et extension de carrière, Projet d’Intérêt Général, organisation des PLU, etc...

    POUR la création d’emplois pensée à long terme plutôt qu’à court terme (quelles solutions de reclassement Imérys proposera à ces ouvriers à la fin de l’exploitation du Frau ?)

    POUR le développement concerté des domaines d’activité les plus dynamiques de notre région : l’agriculture et le tourisme sont les deux principaux créateurs d’emploi en Occitanie, devant l’aéronautique et le BTP

    POUR la réparation des routes financée à 100% (et non 50%) par Imérys

    POUR une véritable réhabilitation du Frau (sur ces terres exploitées par Imérys où seule la lande repousse)

    POUR l’implantation de fermes bio, de ruches, d’un observatoire des abeilles dans les vergers de l’ONF (en lieu et place d’Imérys)

    POUR l’élaboration participative d’un projet concret de développement du Frau, basé sur ses potentialités environnementales, culturelles et économiques (tourisme et filière « forêt-bois »)

    En somme POUR un avenir économique et écologique raisonnable, concerté, où nous créons des emplois respectueux de notre propre habitat et de la nature, afin d’entretenir et d’améliorer ce que nous laisserons aux générations futures

    POUR que ça bouge, mais dans le BON SENS !

    *Notre région attire 30 millions de touristes par an, générant 14 milliards d’euros de retombées par an, et le tourisme emploie 108000 personnes (source : Journal de la nouvelle Région, n°2, juillet/août 2016)




  • Les ZADISTES,
    Partisans des Zones à Détruire (ZAD),
    Sont parmi nous!


    - Destruction : des vergers à graines, pôle majeur national de production de graines forestières améliorées, conservatoire du patrimoine génétique forestier national et centre expérimental.

    - Destruction : à grande vitesse (3ha ou plus par an) du stock limité de matériaux, galets et sable, pour ne laisser aux générations futures que les yeux pour pleurer.

    - Destruction : des villages de Montsalvy et de Millac, situés très près du projet d’extension, à quelques centaines de mètres seulement. 9 installations sacrifiées, sans indemnisation (Gîtes ruraux, entreprise, locations à l’année, résidences principales…). Perte de patrimoine. Dévalorisation des bâtiments de la propriété de Veyrières.

    - Destruction : des nappes d’eau perchées et du système hydraulique fragile si précieux dans notre Quercy si sec l’été.

    - Destruction : des routes sans compensation suffisante que la collectivité ne peut plus payer, danger dû au mauvais état de la chaussée et à la circulation des camions en surnombre.

    - Destruction : de l’Espace Naturel Sensible, outil très efficace de protection et de mise en valeur des milieux remarquables, pour le tourisme et les loisirs.

    - Destruction : du sol par prélèvement des galets et du sable et remise en place de l’argile pressée mélangée à du floculant. Sol totalement détruit pour très longtemps.

    - Destruction : d’une partie du Fossé de Franchise du Dégagnazès pour s’être approché de trop près, afin de prélever des milliers de mètres cubes en plus.

    - Destruction : de la ZNIEFF, zone naturelle d’intérêt écologique floristique et faunistique, instituée par les scientifiques comme particulièrement intéressante et à protéger.

    - Destruction : de l’initiative locale, à quoi cela sert-il de chercher de l’emploi ou de créer une activité locale puisque la carrière vous l’offre. On le paiera lourdement un jour.

    - Destruction : de la bonne entente qui existait dans la population, les familles, les associations, menaces, tentatives d’intimidation… Au motif de défendre l’emploi, on défend surtout les gros profits immédiats d’une multinationale.

    - Destruction : des rapports sociaux, en demandant aux ouvriers de monter au créneau pour obtenir du travail qu’on leur avait pourtant promis. Est-ce aux ouvriers, qui travaillent dur et ont droit à une juste rémunération ou est-ce à l’entreprise de s’assurer de l’emploi qu’elle promet ? Elle ne l’a pas fait, tombe sur des difficultés pourtant très connues ; où est le plan B ?

    - Destruction : du bien public, graffitis immondes sur les installations du jardin pédagogique de Dégagnac et sur les routes.

    Quand ces destructions s’arrêteront-elles ?

    Quand arrêterons-nous ces nouveaux ZADISTES ?





  • Pourquoi l’exploitation actuelle d’IMERYS doit s’arrêter immédiatement dans le Frau.


    Avant l’arrivée d’Imerys, des carrières, pour les mêmes matériaux existaient déjà dans le secteur et cela satisfaisait totalement les besoins de la clientèle.
    Cette nouvelle carrière (En fait une mine à ciel ouvert), est arrivée pour faire l’inverse de ce qui se faisait alors.
    Avant les carrières fournissaient le sable et le gravier aux entreprises de la construction et des travaux publics. Accessoirement elles vendaient les galets à l’industrie.
    La nouvelle carrière est surtout là pour les galets destinés à l’industrie et vend le sable et le gravier comme des sous-produits qu’elle distribue partout puisqu’elle en a en abondance.

    Pour s’implanter la DAM (prédécesseur d’Imérys) a masqué l’importance de l’exploitation.
    Elle n’arrêtait pas de parler et d’écrire, 15ha en 15ans. En fait elle se servait du fait qu’elle ne pouvait pas demander plus de 15ha d’autorisation en une seule fois et que cette autorisation était donnée pour une durée de 15 ans.
    Elle se gardait bien de faire remarquer que ces 15ha allaient être exploités en réalité en 5 ans.
    On constate aujourd’hui qu’en 15 ans (2001-2016), ce sont 45ha qui ont été exploités(+10 ha d’usine et de stockage), soit un total de 55ha.
    En fait l’exploitation a demandé pour cette période 45ha/15 ans = 3ha/an.
    Si Imérys s’en était tenu à 1ha par an, comme elle l’annonçait, la surface déjà exploitée de 45ha aurait été suffisante pour fournir des matériaux pendant 45 ans, au lieu de 15 ans. Cela changerait totalement la donne, car en 45 ans les situations évoluent.
    D’une part les matériaux auraient été fournis aux entreprises de la construction et des travaux publics pendant une longue période.
    D’autre part les terrains « réhabilités » auraient eu le temps de commencer à évoluer vers un état un peu plus stable ce qui n’est pas du tout le cas actuellement.

    Aujourd’hui ce sont 70 ha du verger à graines de l’ONF qui sont convoités pour les vingt ans à venir. C'est-à-dire 3,5ha/an, soit au même rythme, voire un peu plus au cas où la reprise économique viendrait.
    Cela ferait 45 + 70 = 115ha en 35 ans et bien sûr ensuite il faudrait continuer au même rythme, voire plus. Cela veut dire qu’en quelques décennies, on aurait détruit un immense territoire et dilapidé toutes ces réserves de galets et de sable, pourtant si nécessaires aux générations futures.

    Autant on a besoin d’un approvisionnement modeste en sable et en gravier, autant on n’a surtout pas besoin de la carrière d’Imérys qui détruit à grande vitesse la richesse de notre sol et ne laisse que destruction et aridité après son passage.
    Avec leur puissance mécanique (bulls, pelles, camions, trains…) les multinationales comme Imérys ont aujourd’hui la capacité de détruire en un rien de temps des espaces considérables, car leur marché est mondial. C’est ce qui est soigneusement caché à la population. Alors elles parlent d’autre chose. De réhabilitation, même si ce qu’elles font n’a de réhabilitation que le nom.
    Elles nous parlent aussi de l’emploi, de l’emploi, de l’emploi.

    Qu’ont fait les bretons ou les Corses quand ils se sont aperçu que la spéculation immobilière due au tourisme allait en quelques décennies détruire leur cadre de vie, leurs magnifiques paysages, par la construction à outrance notamment en bord de mer, banalisant totalement le territoire avec une bande littorale formée uniquement de constructions?
    La population et les élus se sont mobilisés pour arrêter cette catastrophe en marche.
    La loi a permis par la création du conservatoire du littoral de préserver l’essentiel de ce qui pouvait l’être en bord de mer.
    Moins légalement, des bombes en Corse, ont fait sauter de nombreuses maisons ou installations « jugées » envahissantes et indésirables.
    Dans les deux cas, on a stoppé la construction. Alors on aurait du dire que l’activité économique était gênée au niveau de la construction et du tourisme puisqu’on empêchait de réaliser des équipements touristiques.
    Au nom de l’emploi on aurait du continuer à bâtir à tour de bras et saccager tout le littoral et les beaux paysages corses. Il fallait peu de temps pour le faire, tout ceci aurait été vite fait, on aurait tué la poule aux œufs d’or.
    Au lieu de cela, on s’est arrêté et tout le monde dit aujourd’hui qu’on a bien fait car si le tourisme est plus vivant que jamais c’est grâce à cette préservation. C’est grâce à cette action que l’attrait de nos côtes subsiste toujours et que la Corse attire toujours davantage de monde.

    Pour le Frau c’est la même chose. Au nom d’un peu d’emploi aujourd’hui, on ne peut pas détruire ce stock limité de matériaux, ces paysages, ces forêts, deux villages, la ferme forestière de Veyrières, l’activité touristique, etc…, ne laissant rien aux générations futures, que les yeux pour pleurer.

    Il faut arrêter cette erreur d’avoir laissé s’installer cette mine à ciel ouvert qui détruit insidieusement et systématiquement notre territoire.
    Il faut s’occuper des employés qui sont des gens vaillants et font un travail souvent dur, rappelons nous que beaucoup travaillaient avant dans d’autres entreprises.
    Il faut les aider à trouver du travail dans les entreprises existantes, créer de nouvelles activités, développer celles qui existent.
    Il faut comprendre les difficultés de ceux qui sont concernés, mais il faut surtout arrêter les destructions. Ce n’est pas en détruisant qu’on développe un si beau pays, qui a tant de potentialités.

    Prenons-nous en charge, imaginons, inventons, ne soyons pas comme ces personnages pitoyables qui font la propagande de la carrière et qui nous font penser à des papillons qui se débattent pris dans une toile d’araignée et qui n’arrêtent pas de crier l’emploi! l’emploi! l’emploi! alors qu’en fait ceux qui les ont mis là pensent profit! profit! profit! tellement fort que nous l’avons entendu.




    MISSION D’EXPERTISE

    Apporter un éclairage objectif sur les enjeux réels du projet d’extension et ses conséquences environnementales potentielles
    En tout premier lieu, il nous semble indispensable de mettre en doute l’objectivité d’une telle démarche qui à nos yeux s’apparente plus, à l’envoi d’une cohorte de légions romaines pour tenter de réduire des irréductibles gaulois, qu’à la recherche d’un éclairage objectif. La constitution de cette mission à forte implication du Ministère de l’industrie via le Conseil Général de l’Economie, dont on connait sa servilité vis-à-vis des industriels avec les milliards qu’il leur distribue chaque année, et du Ministère de l’agriculture qui nous a déjà signifié par la voix de l’ONF son accommodement avec le projet, ne nous pousse pas à l’acceptation d’un échange soit disant « objectif ».
    Nous avons souvenir qu’en 1997 une délégation de notre association s’était rendue au Ministère de l’environnement, pour y rencontrer Madame Voynet alors Ministre chargée de l’environnement, nous y avons appris que c’était le Ministère de l’industrie qui avait tous pouvoirs de décision sur ces dossiers et pas le Ministère de l’environnement. Après on connait la suite… Ouverture de la carrière avec une première autorisation d’exploitation de 15 Ha sur 30ans en 2000 à la société Denaim Anzin Minéraux pour arriver aujourd’hui, c'est-à-dire 16 ans plus tard, à un résultat d’exploitation de 58 Ha en étant passés par un changement d’exploitant Imérys et une demande d’extension successives.
    Vous comprendrez donc, que notre expérience en la matière ne nous pousse pas vers l’acceptation d’une démarche objective de votre part. Nous ne pensons pas que les mœurs politiques aient suffisamment évoluées pour avoir aujourd’hui un contexte bien différent du précédent.
    Aussi, nous vous mettons en garde contre toute tentative de passage en force, sous prétextes totalement fallacieux d’intérêt général ou autres, afin de mater les résistances locales. Il faut que vous sachiez que dans cette éventualité nous sommes prêts à une occupation totale du site des vergers à graines de Lavercantière avec tout ce que cela comporte pour votre image, celle des élus, l’intérêt purement spéculatif d’Imérys mais bien plus largement de Power Corporation avec la famille Desmarais et ses actionnaires. Si d’aventure Sivens ne vous avait pas servi de leçon, nous sommes déterminés à vous en donner une nouvelle.

    S’assurer de l’intérêt économique effectif de cette exploitation

    Depuis l’origine de cette exploitation, l’industrie met en avant les qualités du gisement de quartz de la Bouriane : profusion et pureté du minerai, zone faiblement peuplée, peu de répercussions quant à la dégradation de l’environnement, la création d’emplois et les retombées économiques pour les communes.
    Certes, leur communication est bien rodée et en y ajoutant un réel soupçon de corruption, un soutien servile de l’administration centrale et de nos décideurs on a là tous les ingrédients qui nous ont conduits à un désastre économique et environnemental pour la région. Ce constat aujourd’hui a fait son chemin, beaucoup nous ont rejoins car ils ont bien compris que nous avions raison sur le fond comme sur la forme. La réalité est que nous avons affaire, ici comme ailleurs, à l’extractivisme, mal qui ronge le territoire national et la planète plus largement.

    D’un point de vue environnemental, il est clair que l’impact sur l’environnement se fait sentir. Les réhabilitations des zones en fin d’exploitation, soit disant réalisées avec brio et avec succès, sont un réel fiasco. Les terres réhabilitées sont stériles, elles ont été rendues imperméables suite aux remblayages successifs avec de l’argile pure compactée d’où s’en suivent des écoulements et des ravinements incontrôlés. Le trop plein de l’eau chargée d’argile, collectée en fond de réhabilitation est rejeté via les fossés dans le ruisseau du Dégagnazès qui subit de fait une pollution continuelle. La flore et la faune aquatique sont durement touchées. Etant donné que le frau est un aquifère qui joue un rôle direct, de par ses caractéristiques hydrogéologiques, sur l’alimentation hydrique et sur la qualité de l’eau alimentant les bassins versants, l’impact est d’ores et déjà gravissime et il est temps de cesser cette exploitation afin de préserver l’avenir.

    De plus la déforestation massive qui précède la mise en chantier des zones d’exploitation porte atteinte au patrimoine forestier de la Bouriane, celui-ci ne sera jamais reconstruit du fait de la stérilité des sols restitués.

    Dans cette zone on retrouve : 1 Espace Naturel Sensible, 2 ZNIEFF, patrimoine local remarquable mis en danger par l’existence d’une telle exploitation industrielle. Leur intérêt patrimonial, touristique et culturel est dévalorisé. Nous avons eu à déplorer l’effondrement d’une partie du fossé du diable, fossé de franchise du prieuré du Dégagnazès, patrimoine classé et protégé. Un signalement auprès des services de la DRAC n’a provoqué aucune réaction de leur part, aucun constat n’a été fait, une plainte a été déposée et toujours aucune réaction, l’exploitant s’est donc empressé de « reconstituer », comme si de rien était la partie de fossé effondrée. Cette impunité répétée dans de nombreuses infractions n’a eu de cesse que de renforcer son arrogance et son mépris vis-à-vis des riverains.

    S’assurer de l’intérêt économique effectif de cette exploitation. Il n’y a pas d’autre intérêt économique que l’intérêt financier de la famille Desmarais, à travers sa holding mondiale financière Power Corporation, via sa branche européenne Pargesa regroupant, outre Imérys, bon nombre d’actifs aussi divers que possible et pour certains d’entre eux très nauséabonds au regard de l’histoire, pour n’en citer que deux Paris Bas et Elf Aquitaine.

    En termes de communication, les élans patriotiques visant à justifier l’existence même de leurs activités et leur nécessité nationale sont de nature à fausser le débat. Seul le profit et la spéculation les intéressent. Pour acquérir le leadership mondial dans leur secteur industriel, ils sont prêts à tout, afin de réaliser de plus grands profits. On peut les suivre à la trace sur tous les continents, ils sont présents sur tous les appels d’offre.

    Le gisement de quartz du Lot, n’est nullement vital pour leur activité, leurs sources d’approvisionnement sont multiples et diverses dans le monde et sur des territoires qui soulèvent beaucoup moins d’oppositions.

    Parler d’intérêt général à propos de leur activité est un non sens. Mais la fonction des lobbies est d’affirmer le contraire, après avoir introduit sciemment cette notion dans le texte de loi proposé aux législateurs. Nous voyons bien ici, qu’il ne s’agit en rien d’utilité publique, notion pourtant indissociable de la qualification d’’intérêt général dans la loi.

    Dans le parc régional du Vexin, en région parisienne, il a été qualifié d’intérêt général des projets industriels visant à exploiter des carrières de calcaire à destination des cimenteries de ce secteur, par nécessité d’approvisionnement pour les constructions publiques du futur Grand Paris. Il n’y a aucune corrélation avec la situation présente du frau de Lavercantière car il n’y a aucune utilité publique qui prévale. Mais nous savons bien que les lobbies ne sont pas à une contradiction près quand il s’agit d’emporter une décision. Comme par hasard, dans la même filiale, la bien nommée Pargesa, on retrouve associés Imérys et les ciments Lafarge, ne bénéficient-ils pas tous deux des mêmes conseils en stratégie et en communication en terme de synergie de groupe?

    La création d’emplois, longtemps fer de lance dans l’argumentation d’Imérys pour justifier sa présence industrielle sur le site, chiffre gonflé et déformé à sa guise, vient récemment d’être révélé officiellement par la préfecture, dans le cadre de la commission locale de suivi de la carrière, via des sources incontestables... Résultat : 23 emplois seulement. Le ratio : destruction irréversible de l’environnement, intérêt économique mis à mal et nombre d’emplois créés faible y compris en termes de qualité, est largement battu en brèche.

    Les retombées pécuniaires à destination des communes sont dérisoires, au regard de ce que coûtent et coûteront à la collectivité, premièrement les réparations de la destruction de nos infrastructures routières communales et départementales, et ensuite la gestion collective des terrains instables abandonnés par l’exploitant aux générations futures.

    Nous constatons que, depuis l’autorisation de mise en circulation sur les routes des camions de plus de 40 tonnes, lors de la dernière autorisation d’extension, pour transiter sables et graviers qui ne sont pour Imérys, soit disant, que des substrats de carrière, l’état des voies communales et départementales s’est très fortement dégradé, au point de compromettre la sécurité des transports collectifs (transports scolaires) et individuels, sur ces axes. Nous avons eu à déplorer plusieurs renversements de ces camions, sur la RD50, qui repartaient en charge du site de chargement de la carrière.

    Le patrimoine foncier des particuliers a perdu 40% de sa valeur depuis l’installation de la carrière et la plupart des biens sont actuellement invendables, d’où la prise de conscience des riverains d’avoir été pris en otages par nos décideurs.

    La plupart des activités économiques du secteur dans le domaine agricole, agro-touristique, artisanal, touristique, ont été créées sur des initiatives privées encouragées par les élus locaux sous la bannière du « vivre et travailler au pays ». Si cette exploitation devait perdurer en s’étendant sur le frau de Lavercantière, bon nombre d’entre-elles devraient être abandonnées par suite d’incompatibilité.

    Alors, quand on a l’ambition de parler d’intérêt économique effectif de cette exploitation, il convient avant toute chose de parler de la somme des intérêts financiers particuliers de ceux qui possèdent Imérys, nous avons nommé la famille Desmarais et ses actionnaires qui ne pensent qu’à leur enrichissement personnel au détriment du plus grand nombre, et de l’impact désastreux sur l’économie locale et l’environnement, tous deux incarnant véritablement l’intérêt général, celui que Jean-Jacques Rousseau appelait de ses vœux dans son contrat social.

    Ce contrat social, Rousseau le voyait comme faisant suite à l’état de nature dans lequel règne le droit du plus fort. Pour lui, le droit du plus fort ne pouvait être un principe directeur d’une société car il est incompatible avec l’intérêt général, et donc avec le contrat social : « le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître, s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir ». La dissolution du contrat social, c’est le retour à l’état de nature primitif, présocial, « tyrannique et vain ». Une société qui rompt son contrat social ne serait plus une société.

    APSMB




  • (20/07/2016)- SACCAGE AUX JARDIN BOURIAN...

    Voilà l'état du Jardin Bourian à Dégagnac, lieu pédagogique, de détente pour les uns, d'échange et d'expérimentation pour les autres, ouvert à tous... et aussi aux enfants!

    Dégradé dans la nuit du vendredi 8 au samedi 9 juillet 2016... Les photos parlent d'elles même.
    Une plainte a été déposée bien entendu!

    ...Il n'y a pas eu de désapprobation de la part d'Imérys!




  • (02/05/2016)- MISSION INTERMINISTÉRIELLE D'EXPERTISE

    Madame Catherine FERRIER, préfète du Lot, nous a informé du lancement, à sa demande, par les ministres de l’environnement, de l’énergie et de la mer, de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt et de l’économie, de l’industrie et du numérique d’une mission interministérielle d’expertise relative aux enjeux écologiques et économiques du projet d’extension d’une carrière de quartz sur une partie des vergers à graines de la commune de Lavercantière

    ...à suivre!



  • (24/06/2016)- LAFARGE FINANCE L'ÉTAT ISLAMIQUE

    L'affaire LAFARGE révélée par le journal Le Monde:
    Le cimentier Lafarge a tenté en 2013 et 2014 de faire fonctionner «coûte que coûte» son usine en Syrie «au prix d’arrangements troubles et inavouables avec les groupes armés environnants, dont l’organisation Etat islamique (EI)» affirme Mardi le journal Le Monde.

    L’organigramme des participations de la POWER CORPORATION montre qu'elle détient 9,4% du groupe LAFARGE et 53,8% d'IMERYS.

    Si vous vous demandez comment l'EI se procure armes et munitions, vous avez ici une partie de la réponse...

    Portrait de Paul Desmarais Jr.
    Organigramme de Power Corporation Canada
    LE MONDE du 21.06.2016 - Comment le cimentier Lafarge a travaillé avec l’Etat islamique en Syrie




  • (24/06/2016)- FÊTE DES PLANTES A L'ABBAYE NOUVELLE... (Suite)

    Des rencontres, des discussions, des adhésions, des explications, du débat... La Bouriane en a assez!!!
    Accueil formidable dans un cadre formidable... Merci aux organisateurs!


    Rappel: Boissières, Peyrilles, Montamel, Saint-Denis-Catus, Lavercantière, Dégagnac, Uzech, Gigouzac, Mechmont, Calamane, Nuzejouls, Catus, Pélacoy, Concorès, Saint-Germain du Bel air, Thédirac... menacés, car situés en partie ou totalement sur le gisement!

  • (24/06/2016)- VISITE AU PRIEURÉ

    Le 18 mai 2016, à l'occasion de la Mission Zachée, Notre-Dame de Rocamadour faisant le tour du Lot à dos d'âne...
    à rendu visite à Notre-Dame du Dégagnazès... Impressionnant, lumineux et joyeux!



  • (15/06/2016)- SAMEDI 11 JUIN... JOUR DE MANIF!

    Temps gris, haut les coeurs! Beaucoup de bruit devant la Préfecture du Lot (en travaux mais le lieu est symbolique!). Une bonne cinquantaine de personnes selon la Dépêche, de 100 à 150 personnes selon les organisateurs (en plus on a des photos!). Nous avons pu exprimer notre indignation face au mépris du système en place, toujours prêt à laver plus propre (COP21) dans les intentions... Où sont les actes? Mon ennemi c'est la finance! ça tombe bien, nous aussi!!!

    Des prises de parole... Élus, associatifs, militants... pour dénoncer le jeu de massacre auquel se livre l'État en méprisant les citoyens et le Ministère de l'Agriculture qui trafique honteusement avec les lobbies dans le dos des élus pour quelques roupies. Ce n'est pas très glorieux tout ça! On dirait que la France se déshumanise et ne veut pas regarder la réalité en face... mais en face ce ne sont que des gens ordinaires qui n'aspirent qu'à vivre dans la dignité et le respect qu'on leur doit.

    A bonne entendeur... GARDAREM LOU FRAU!
    Et un grand Merci à tous pour votre présence, soutien et messages!

    L'ARTICLE DE LA DEPÊCHE du 12/06/2016:

    MOBILISÉS POUR LES VERGERS A GRAINES.
    Environnement - Les «tee-shirts verts» de Lavercantière ont manifesté

    "Ils étaient hier à Cahors une bonne cinquantaine devant la préfecture du Lot (fermée pour travaux) afin de protester contre les projets d'agrandissement de la carrière d'Imérys, projets qui impacterait les vergers à graines du Frau à Lavercantière.

    Les Bonnets rouges c'est en Bretagne, les «tee-shirts verts» c'est en Bouriane. Plus précisément dans la zone du Frau, sur la commune de Lavercantière où l'association de prévention des sites menacés en Bouriane (APSMB) mène campagne contre les projets d'agrandissement de la carrière exploitée par la société Imérys. Ils étaient une bonne cinquantaine hier, de toutes les générations à se rassembler et à chanter, devant la préfecture du Lot. Le bâtiment, même fermé pour cause de travaux, symbolise l'État dans le département. Au milieu du vert des protestataires, une écharpe tricolore, celle de Gilles Vilard, le maire de Lavercantière : «Les projets industriels d'Imérys nous inquiètent, on est là pour défendre les vergers à graines gérés par l'ONF. La zone a beau être un espace naturel sensible, la société veut développer ses activités et nous a demandé 17 hectares de plus».

    Rémi de Bouteiller, le porte-parole de l'association APSMB, assure que les porteurs du projet auraient demandé à l'État «la conversion de leur projet industriel en projet d'intérêt général avec l'objectif de contourner le PLU». Rémi de Bouteiller d'ajouter : «La décision dépend de la préfète du Lot». Le tout nouveau président du Gadel qui était présent dans le rassemblement cadurcien, (Jacques Philbert a repris la présidence du Groupement des associations de défense de l'environnement du Lot après la démission de Michel Grinfeder) assure soutenir l'association locale : «Ne pas tenir compte de l'hostilité des populations et de la position des élus locaux, serait un acte anti démocratique». Jacques Philbert qui ne s'embarrasse pas de nuances dans ses propos est catégorique : «Cela reviendrait à un abus de pouvoir».

    Dans la foule, des élus étaient venus soutenir les manifestants comme Marie Piqué, vice-présidente du conseil régional, ou Yannick Le Quentrec conseillère municipale («Cahors à gauche»). «On est vivant !», «on est chez nous !» scandaient hier les «tee-shirts verts» en brandissant l'étendard des «galets de la colère». Sur le Frau, la densité a beau n'être que de 2 habitants au km2 le sort des vergers à graines est devenu un sujet sensible en Bouriane où l'on a vu refleurir quelques slogans qui semblent avoir traversé l'histoire : «Gardarem lou Frau»...

    Un grenier à graines et un laboratoire.
    Les vergers à graines couvrent une superficie de 120 ha sur la commune de Lavercantière. Il s’agit d’une plantation de clones ou de descendants d’arbres sélectionnés (pin laricio, douglas, sylvestre, mélèze). Cette opération a permis depuis 1970, de récolter 10 tonnes de graines améliorées correspondant à 150,000 ha de plantation en trente ans.
    Les vergers à graines sont aussi une base de recherche et un laboratoire qui permettent ainsi de retrouver du pin sylvestre d’Haguenau disparu en Alsace mais bien présent dans le Lot à Lavercantière.

    Jean-Michel Fabre La Dépêche



  • (08/06/2016)- 6 JUIN 2016... RD50!

    Pas de victimes heureusement... Pour cette fois!

    Pour info, les RD50 et RD25 commencent à se dégrader à nouveau, les frais engagés par le Conseil Départemental (avec nos impôts!) partent aussitôt en fumée!
    Lors de la commission de concertation le directeur de la carrière a souligné qu'Imérys était responsable de la dégradation des routes à hauteur de 50%. Nous avons de sérieux doutes sur cette affirmation, certes la RD25 est une route passante, toutefois la RD50 ne sert quasiment qu'à l'activité d'Imérys et force est de constater que les deux routes sont dans le même état de dégradation... CQFD!
    Quant à notre sécurité... c'est une autre histoire!



  • (07/06/2016)- L’INTÉRÊT GÉNÉRAL ET MOI - PROJECTION/DÉBAT LE 9 JUIN

    Jeudi 9 juin 2016 au cinéma l'Atalante à GOURDON à 20h45, projection du film L’INTÉRÊT GÉNÉRAL ET MOI... sorti 1 juin 2016 (1h 22min)

    Un film documentaire de Sophie Metrich, Julien Milanesi... Suivi d'un débat animé par Danièle FAVARI, Juriste environnementale et par les membres de l'APSMB.

    Au menu ! Notre Dame des Landes, LGV Sud-Ouest, autoroute A 65 : trois grands projets d’infrastructures mis en œuvre au nom de l’intérêt général et qui ont suscité de très importants mouvements de contestation. Une question se pose : comment, au juste, se forge aujourd’hui en France cette notion d’intérêt général ?

    Les réalisateurs ont mené l’enquête en allant à la rencontre des protagonistes de ces controverses : représentants des mouvements citoyens engagés contre ces projets, élus qui les combattent ou les soutiennent, hauts fonctionnaires impliqués dans les décisions, journalistes qui rendent compte de ces conflits. Un film qui interroge le fonctionnement de notre démocratie.

    Nous vous attendons nombreux!





  • (21/05/2016)
    MOBILISATION!


    Face à la menace de PIG sur la Bouriane nous lançons un appel à manifester notre mécontentement et notre indignation devant la Préfecture du Lot - Place Chapou (Cathédrale) le samedi 11 Juin 2016 à 11h00

    la coupe est pleine! Nous en avons assez des mauvaises manières de ces lobbies tout puissants et de ceux qui font leur lit...

    Nous vous attendons NOMBREUX!!!




  • (02/05/2016)


    Il est grand temps de réagir au danger qui nous menace collectivement : Un artifice contenu dans le schéma départemental des carrières : le Projet d’Intérêt Général (PIG).
    En effet, un industriel qui se heurte à l’interdiction d’exploitation de carrière, sur une zone territoriale d’une commune, protégée par son plan local d’urbanisme(PLU), peut demander à l’Etat l’approbation d’un PIG et ainsi la Préfecture peut contraindre la dite commune à mettre son PLU en adéquation avec l’exploitation industrielle visée.


    Ce dictat est lourd de conséquences :

    1/ C’est un déni de démocratie manifeste qui prive les élus locaux de leur responsabilité devant leurs administrés.

    2/ C’est une remise en question des axes de développement économique d’un territoire qui peut anéantir les fruits d’orientations politiques successives sur près d’un demi-siècle.

    3/ C’est la puissance des lobbies qui s’impose soudainement à nous à travers des textes administratifs dont ils ont pris le contrôle.

    4/ C’est l’abandon pur et simple de l’autorité de l’Etat au profit de spéculateurs sans scrupule.

    5/ C’est la mise en œuvre de la tiers-mondisation sur des pans entiers du Département du Lot à faible densité démographique. Abandon progressif des services publics et mise en danger du territoire rural confronté à l’extractivisme de toute sorte : Aujourd’hui le calcaire et le quartz mais demain ?

    Si nous en appelons aujourd’hui à la résistance de tous les citoyens et en particulier à ceux qui nous représentent à l’échelon local, c’est que l’heure est grave.

    Hier, certains disaient que nous étions des écolos pour les uns, des empêcheurs de tourner en rond défendant leurs intérêts personnels pour les autres, nous avons laissé dire et nous nous sommes concentrés sur le combat contre le saccage de ce territoire de la Bouriane que nous aimons tant.

    Aujourd’hui les choses sont claires, les masques sont tombés, personne ne peut plus contester honnêtement que ceux qui défendent l’intérêt général, le vrai, sont dans notre camp et que ceux qui sont favorables à ces ignominies défendent les intérêts particuliers des industriels peu scrupuleux et les leurs par voie de conséquence.

    Pour cette raison, ce jour nous avons d’avantage de soutien à tous les niveaux qu’hier, mais personne ne sait plus trop comment arrêter cette machine infernale.

    Pour nous c’est simple : l’Etat, en la personne du Préfet du Lot, ne doit pas accepter la conversion du projet d’extension de carrière d’Imérys en Projet d’intérêt Général, sur les vergers à graines, lui appartenant, dans le Frau de Lavercantière. D’autant plus que l’ONF exécute déjà une mission d’intérêt général, confiée par l’Etat, dans l’exploitation de ces mêmes vergers à graines.

    Pour cela nous appelons les élus de ce Département à soutenir la commune de Lavercantière qui est aujourd’hui concernée par cette menace tout en sachant que, par effet boule de neige, bien d’autres seront touchées demain.




  • (02/05/2016)- DOMINIQUE ORLIAC

    Soulignons l'engagement à nos côtés de notre Députée... En effet, nous sommes sur un territoire riche de sens et préservé, ce qui fait son tissu économique.
    Imérys génère 23 emplois directs! Le tourisme 87500 qui rapportent 13 milliards d'euros au département... Combien nous coûte Imérys?
    Nous attendons un geste fort de la part de nos élus!... Parce que la politique doit être un engagement au service des citoyens!


    Dominique Orliac à Ségolène Royal - 21.03.2016
    Cliquez ici/Click here
    télécharger




  • (04/05/2016)- 15 MAI 2016, RENDEZ-VOUS Á LA FÊTE DES PLANTES DE L'ABBAYE-NOUVELLE!

    Nous tiendrons un stand d'information à cette occasion et nous invitons tous nos adhérents lotois à venir en renfort pour informer et débattre avec les nombreux visiteurs épris de plantes et de Bouriane!



    Merci à l'Association de l'Abbaye-Nouvelle, organisateurs de l'évènement, d'avoir invité l'APSMB...

  • (02/05/2016)- INFORMATION

    Choses promises, choses dues! L'eau du ruisseau du Dégagnazès a coulé sous les ponts avec une certaine turbidité selon certains, et on n'arrive toujours pas à s'y faire!... Bref! Beaucoup d'informations à décrypter et pour clarifier la situation actuelle... Donc au Menu:
    • PENSÉES AMICALES
    • COMMISSION LOCALE DE CONCERTATION ET DE SUIVI
    • POLLUTION 1
    • POLLUTION 2
    • FAUCHEURS
    • ACCIDENT


  • (02/05/2016)- PENSÉES AMICALES

    Pour John Sheffner qui nous a quitté le 14 avril dernier. Il a été le Président de l'APSMB de 1997 à 2007 et nous garderons en mémoire sa détermination et la qualité de son engagement dans notre association.
    Nous envoyons à Ellen son épouse et ses enfants et petits enfants nos pensées les plus affectueuses.



  • (02/05/2016)- COMMISSION LOCALE DE CONCERTATION ET DE SUIVI

    Disparue depuis 2010, la réunion locale de concertation et de suivi de l’exploitation Imérys fait son grand retour à l’initiative de Madame Catherine FERRIER, Préfète du Lot et de Monsieur Afif LAZRAC, Sous-Préfet de Gourdon. Se sont donc réunis le 19 janvier 2016 sous la présidence de Madame la Préfète les acteurs locaux concernés par l’exploitation Imérys : Représentants de l’État, administratifs, élus départementaux et communaux, associatifs, riverains et représentants d’Imérys (à noter l’absence de l’ONF et de la SNCF).

    Je précise qu’à ce jour nous n’avons toujours pas reçu le compte-rendu de cette réunion, ce qui ampute donc cette note d’information d’un élément central car le PowerPoint de présentation d’Imérys manque à l’appel. Donc je vais aller à l’essentiel en attendant le compte-rendu officiel.

    Mr. D’Agier (Directeur de la carrière) s’appuie sur un PowerPoint pour aborder les différents aspects concernant l’activité de l’exploitation... il y a 6 ans à rattraper !

    Les chiffres clés de l’entreprise indiquent que 82% des matériaux sont expédiés par le rail et que 18% le sont par la route... nous sommes loin des 10% prévus initialement !

    Nous notons que le nombre d’employés réels d’Imérys n’apparait toujours pas clairement.

    Le suivi des paramètres environnementaux sont ensuite présentés et concernant l’eau nous interpellons Mr D’Agier en mettant en avant le rejet dans le milieu naturel d’eau chargée en fines d’argile et sur les conditions de comblement de la partie basse de l’exploitation entrainant des pollutions répétées dès qu’il pleut. Mr. CHAMPEIMONT (DREAL) n’y voit qu’une certaine turbidité (sic !). Nous avons fourni à Madame la Préfète une série de photos concernant les multiples pollutions constatées... Turbidité ? Le mot est faible !

    Sur les poussières liées à l’activité, Mr. D’Agier affirme en avoir la totale maitrise par arrosage des pistes en périodes sèches... Totale maitrise ? Là aussi le mot est faible, car nous avons trouvé le Mas Blanc dans un nuage de poussière à plusieurs reprises. Mr. D’Agier explique que le tracteur utilisé pour l’arrosage devait être en panne ce jour-là ! Ce qui suppose que les dispositions visant à protéger la santé des riverains et de ses propres employés passent après la rentabilité de l’activité d’Imérys. A cette occasion nous signalons que des riverains sur « La Toule » nous ont signalé être impactés par les poussières et par le bruit. Rémi de Bouteiller, riverain sur Uzech se plaint du bruit venant de l’extension sud de la carrière.

    A ce stade de la réunion les incidents constatés sont abordés. L’APSMB rappelle le problème du Fossé du diable détruit sur une portion en raison du non-respect des distances de sécurité et met en avant la plainte déposée au TGI de Cahors par le GADEL en 2010. Mr. D’Agier nie la destruction de l’ouvrage, soutenu par Mr. CHAMPEIMONT et avance que la gendarmerie a constaté l’absence d’impact. Evidemment, nous nous sommes insurgés contre ce grossier mensonge ! A ce stade de la discussion nous pensons qu’un tel comportement devant cette assemblée est inadmissible et nous conforte dans l’idée que cette entreprise se croit au-dessus de tout... Il me revient en mémoire les bons mots de Mr D’Agier qui, avec un large sourire affirmait que ce n’était pas si grave et que le fossé de franchise avait été réparé par ses soins !!!

    Madame la Préfète souligne qu’il faut ressaisir la DRAC afin d’établir un constat sur le sujet.

    Nous signalons la pollution due à la rupture d’un bassin décanteur. Mr. D’Agier admet les différentes pollutions en avançant l’erreur humaine pour cette dernière et les intempéries pour les autres...

    A ce point, nous abordons les problèmes liés au trafic routier en soulignant que la vie des riverains est considérablement mise en danger, dans la mesure où des véhicules surdimensionnés circulent sur des routes sous-dimensionnées et de surcroit hors des itinéraires prévus par l’arrêté préfectoral d’autorisation. L’APSMB s’est toujours opposée au transport des matériaux par route et a toujours soutenu que la maitrise totale était impossible. On peut noter d’ailleurs, qu’un accident s’est produit quelques jours avant la réunion à l’occasion d’un croisement entre un véhicule léger et un poids lourds de 40t en charge. Madame la Préfète nous demande de signaler les véhicules hors des itinéraires...

    La question de la détérioration des réseaux routiers a aussi été soulevée. Le Conseil Départemental pense que les accords conclus avec Imérys seraient à revoir. Mr. D’Agier souligne que le trafic routier engendré par Imérys ne représente que 50% de la circulation. Nous pensons qu’en terme de quantité c’est possible et encore sur la RD25, mais en terme de tonnage je pense que nous sommes loin du compte. Quant à la RD50 ils ont le quasi-monopole de la route en termes de quantité et de tonnage. A souligner que la quantité de Camions autorisée est en dehors des limites autorisées par l’arrêté sur certaines périodes (PowerPoint d’Imérys).

    Concernant la réhabilitation des zones exploitées, Mr. D’Agier explique qu’il s’appuie sur CEN (Conservatoire des Espaces Naturels). Nous considérons que la réhabilitation du site est de la poudre aux yeux. Le GADEL et Madame MARLAS (Conseillère Départementale chargée de l’environnement) expriment aussi leurs doutes sur la qualité de la réhabilitation.

    Concernant la demande d’extension sur les vergers à graines, nous avons pris la mesure et nous avons la surprise d’une demande révisée à la baisse 17h (pour commencer !) au lieu de 70ha (pour finir ! Projet initial présenté par Imérys devant le Conseil Municipal de Lavercantière). La stratégie est toujours la même, les prévisions d’exploitations sont toujours à la hausse en surévaluant le gisement et la durée d’exploitation... d’un côté on gonfle le potentiel et de l’autre on minimise l’impact.

    Mr VILARD (Maire de Lavercantière) souligne que la nouvelle demande de 17ha sur 15ans est incohérente dans la mesure où 45ha viennent d’être exploités en 15ans. Si un dossier est présenté Madame la Préfète prévient qu’elle bloquerait la demande d’extension de 17ha sur 15 ans. Imérys n’aurait pas la possibilité d’exploiter davantage sur cette période.

    Le projet d’extension se situant entièrement sur la commune de Lavercantière, Mr TRUCHOT fait remarquer que le POS de Lavercantière est incompatible avec une activité carrière. Madame la Préfète souligne qu’Imérys a la possibilité de recourir à un projet d’intérêt général pour contraindre la commune à modifier ses documents d’urbanisme.

    Evidemment l’annonce suscite un tollé général... Madame MARLAS souligne qu’il ne peut y avoir 2 acteurs sur le territoire : l’Espace Naturel Sensible et Imérys ! L’emprise de la demande porte en effet sur l’ENS du Frau doublée d’une Znieff.

    Madame la Préfète explique que la question de l’intérêt général n’est pas à l’ordre du jour et qu’il ne faut pas en tenir compte. Ayant des obligations ailleurs elle doit quitter la réunion et charge Monsieur le Sous-Préfet de prendre le relais.

    Mr. D’Agier ouvre la page suivante de sa projection PowerPoint sur l’intérêt général !!!

    Re-Tollé général !

    Monsieur le Sous-Préfet dissout la réunion.


    Nous n'avons bien entendu pas pu aborder tous les points dans le temps imparti... à suivre!




  • (02/05/2016)- POLLUTION 1

    Et une de plus! Quand est-ce que les services de l'État chargées de nous protéger vont-ils passer à la vitesse supérieure?
    Les abords du site sont dorénavant systématiquement pollués aux fines d'argiles dès qu'il pleut... en l'occurence nous avons eu droit à une nouvelle pollution cet hiver!
    Une seule! me direz-vous? Oui de janvier à Mars!!!

    -------Janvier... ou mars?...Février!!!



  • (02/05/2016)- POLLUTION 2

    Pollution aux hydrocarbures cette fois!
    Voici plusieurs mois que cette pollution récurente aux hydrocarbures a été dénoncée auprès de la direction et du Comité d'Hygiène et des Conditions de Travail de la SNCF sans résultat.
    Visiblement le carburant est déversé en devers par les machines diesel de la société COLAS RAIL chargée de gérer un partie du transport par rail pour Imérys sur la gare de Thédirac.
    Le plein est réalisé à ras bord, ce qui entraine le débordement sur l'embranchement.

    Nous avons signalé à Madame la Préfète cette pollution par une série de photos à l'occasion de la commission de concertation et de suivi (voir ci-dessus).
    Le représentant de COLAS RAIL présent à cette commission ne s'est pas exprimé!
    Rappelons que nous sommes sur un ligne entièrement électrifiée et que la desserte de la carrière doit être assurée par des engins electriques... à suivre!

    -------Sortie sud de la gare de Thédirac


  • (02/05/2016)- FÊTE DES FAUCHEURS

    MILITER: Lutter, batailler, ferrailler, s'acharner, se démener, barouder, s'escrimer, disputer, jouter, agir.
    [antonyme] Abandonner, fuir...
    [Exemple] Ce fut un week-end militant!... en collaboration avec le GADEL





  • (02/05/2016)- ACCIDENT

    Croisement dangereux entre un 40t chargé de sable et une voiture de tourisme sur la RD50...
    Dégats matériels heureusement!
    Le 40t fini sa course dans le fossé!


    ------------17 janvier 2016----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Photos RT



  • (23/03/2016)- NOUS N'AVONS PAS DISPARU !...

    Nous étions juste un peu dans l'ombre et nous allons reprendre notre journal de bord dans les jours qui viennent.

    L'évènement le plus marquant de ce début d'année est sans aucun doute le «retour» de la réunion locale de concertation et de suivi de l’exploitation d’Imerys et la participation de l’APSMB à celle ci. Cette réunion censée se dérouler chaque année selon l’arrêté d’autorisation avait disparu depuis Mars 2010 !!! A l’initiative de Mme Catherine Ferrier, Préfète du Lot, elle s'est tenue à la sous-préfecture de Gourdon le 19 janvier dernier. Présentation par Imerys de ses avancées : Chiffres, mesures et tonnages, pollutions et dégradations, mensonges et botanique au menu...
    Nous reviendrons et commenterons cette réunion en détail dès que nous aurons reçu le compte-rendu de la préfecture.

    Notre Assemblée Générale s’est tenue le 13 février 2016 et nos adhérents vont recevoir le compte-rendu, ainsi que celui de l’AG du Gadel d'ici peu.
    En attendant, histoire de vous faire patienter, nous vous invitons à découvrir l’article suivant sur le site de l'Observatoire des Multinationales... Éloquent et affligeant!

    -------Amazonie - ©multinationales.org-------------------------------------------------------------------------------Lot Janv.2016--------------------Lot Mars.2016---------------------------------------------Photos RT



  • (20/03/2016)- DU 1er au 3 AVRIL 2016 - FÊTE DES FAUCHEURS

    Rendez-vous sur le stand de l'ABSMB à l'occasion de ces journées organisées par l'association VIGILANCE OGM 46
    Ferme de La RAUZE - LE BOURG 46120

    De nombreuses activités, débats, échanges, informations, théatre, concerts, etc...
    Restauration Bio, Buvette et Produits du marché sur place!

    VENEZ AVEC NOUS SEMER LE MONDE DE DEMAIN
    Diffusez largement sur vos réseaux!

    Toutes les infos, plans et programme ci-dessous!



  • (14/10/2015) - QUAND TU VEUX TUER TON CHIEN, TU DIS QU’IL A LA RAGE... Communiqué de presse (Lot En Action)

    Ce vieil adage prend toute sa signification dans le sujet qui nous préoccupe avec la visite de Madame la Préfète du Lot, dans les vergers à graines de l’ONF sur le Frau de Lavercantière, le mardi 15 septembre à 10 heures.

    Etaient conviés, à cet évènement, l’état major de l’ONF en grande tenue, l’élue locale au Conseil Départemental, les membres du conservatoire régional des réserves naturelles, le Maire de Lavercantière, les représentants du GADEL et de l’Association pour la Préservation des Sites Menacés en Bouriane et bien entendu « la voix de son maitre » : la Dépêche. Pour ce qui est de l’ONF, après avoir entendu tout et n’importe quoi jusqu’à présent, il est clair qu’ils ont choisi leur camp : celui de l’industriel, en prétextant que les vergers à graines du Frau souffraient déjà du réchauffement climatique pour ce qui concerne certaines espèces de résineux et qu’il était opportun, pour eux, d’anticiper et de rapatrier une partie de ces vergers, environ 17 hectares, dans le Ségala où la pluviométrie est plus favorable. Qui va payer ce déménagement pour pouvoir étendre son exploitation dans cette direction?

    Pourquoi ne pas leur suggérer qu'au contraire, le fait de garder ce verger permettrait justement de bien étudier les effets du réchauffement sur les plantations de résineux et par la même, d'être plus performant dans la sauvegarde des espèces. Voila 60 ans que ces plants sont suivis, ils auraient, là, un sujet d'étude sur le comportement du végétal et sur un cycle de vie complet pour une espèce.

    Sont-ils des scientifiques ou bien des industriels du bois qui, dès qu'un produit n'est plus rentable, s'en défait?

    C'est une autre approche du problème...

    Le Conseil Départemental ? Sa Représentante ne connait pas le dossier, elle est là pour écouter et ne connait même pas la position du Président qui, lorsqu’il nous a reçu, déclarait en substance : « Imérys a pris ce qu’il avait à prendre maintenant cela suffit, il faut qu’il parte et si l’Etat veut transférer les vergers à graines au Département du Lot, je suis preneur… ». La position de sa députée, qui a posé la question à l’Assemblée nationale et a demandé la préservation du site du Frau, elle ne la connait pas d’avantage. Ce qu’elle oublie, c’est que durant sa campagne pour son élection au Conseil Départemental, nous avions pris grand soin de la questionner sur le sujet et nous lui avions remis un dossier technique lui permettant de se documenter. Que faut-il en penser? Que la collusion par la voix du silence est assimilable à une corruption passive?

    Les membres du conservatoire régional des réserves naturelles, quant à eux, étaient un peu gênés aux entournures, dans la mesure où ils avaient été embauchés par Imérys pour une mission de conseil dans sa réhabilitation. Ils ont fini tout de même par dire que, même si ce site des vergers à graines n’était pas la panacée en matière d’espace naturel, il méritait son classement au titre de réserve naturelle au sein du conservatoire régional. On voit bien là les moyens qu’utilise l’industriel, en associant tous les acteurs reconnus dans le milieu forestier, comme dans le milieu de l’environnement pour se payer une virginité…

    Le Maire de Lavercantière, Monsieur Gilles Vilard, a rappelé quant à lui que : « L’Etat a investi des sommes considérables pour les créer. Il a acheté une ferme, construit de grands locaux techniques (hangar), créé un laboratoire, pris en location des terrains supplémentaires, planté et fait pousser pendant 45 ans les arbres. Récemment, en 2010, il a demandé à acquérir des surfaces nouvelles. Décider la destruction de tous ces investissements serait un énorme aveu d’échec. Que ces équipements qui ont coûtés si chers et qui ont mis tant de temps à être constitués à cause de la nécessité d’attendre que les arbres aient poussé, soient détruits, aurait un effet catastrophique sur l’idée qu’a le public, de l’utilisation des deniers publics par l’Etat. Cette décision étant d’autant moins attendu que l’ONF a toujours communiqué sur la réussite des travaux, notamment au niveau de l’amélioration génétique. Lavercantière est le pôle principal avec sa ferme forestière au niveau des vergers à graines. Si certaines essences sont en surnombre, ces espaces doivent être utilisés pour tester de nouvelles espèces dans le cadre du réchauffement climatique. C’est d’ailleurs ce qui nous a été dit en 2010 lorsqu’on nous a demandé davantage de terrain. Imaginer déplacer les vergers vers un autre site est doublement scandaleux. Cela implique la destruction de ceux que nous avons et qui ont coûté si cher en argent et en temps. Cela implique un coût au moins aussi important pour en reconstituer d’autres ailleurs. Payer deux fois la dépense d’une action qui coûte déjà très cher est catastrophique ».

    En outre, il a rappelé à Madame la Préfète du Lot la question qu’elle avait posée lors de la visite de la carrière, au Directeur d’Imérys, devant son insistance à vouloir démontrer l’utilité de sa carrière pour le secteur.

    Que se passait-il avant votre arrivée ? Réponse évasive bien sûr!
    En fait il y avait deux entreprises à Saint Denis Catus qui avaient exactement la même activité. Elles avaient et ont toujours pour objet principal d’extraire et de fournir du sable et des granulats aux entreprises du bâtiment et des travaux publics locales et elles y arrivaient parfaitement. En même temps, elles recueillaient les galets et les expédiaient comme Imérys. Mais leur activité est liée principalement à la demande locale de matériaux et leur consommation de terrain est raisonnable, beaucoup plus respectueuse de l’avenir pour nos approvisionnements.

    Ces deux entreprises étaient très inquiètes pour leur activité lorsqu’Imérys est arrivé. Elles l’ont dit fortement. Imérys a du prendre des engagements de ne pas les concurrencer localement. Avec le temps elles ont du collaborer avec Imérys et s’entendre avec, sinon elles auraient disparu, car avec la surabondance de matériaux (sable notamment), Imérys peut faire des prix très bas, ce qui les met en difficulté. Pour le moment Imérys s’est limité à baisser ses prix ailleurs que sur le secteur (vu son engagement).

    En fait pour l’approvisionnement local, Imérys n’était pas du tout nécessaire, c’est plutôt un élément perturbateur sur le plan commercial. Qu’adviendrait-il s’il faisait disparaître les deux entreprises préexistantes (absorption ou faillite), sans parler de la disparition des emplois, il serait ensuite en situation de monopole et pourrait augmenter les prix comme il voudrait pour prendre une rente de situation.

    Imérys est là essentiellement pour les galets de quartz. Le sable n’est qu’un sous produit que l’on écoule pour faire plus d’argent. Comme le sol n’est pas plus riche en galets qu’ailleurs, contrairement à ce qui nous avait été raconté au début (Zones avec très peu de galets, dent calcaire,…), pour atteindre les objectifs que s’est assigné Imérys, il faut consommer de grandes superficies et aller à des profondeurs considérables (40, 50 mètres voire plus). Ainsi en 15 ans, au lieu des 15ha annoncés (1 ha par an), ce sont 55ha qui sont déjà détruits, soit environ 3,5ha par an.

    L’extension demandée dans les vergers à graines porte sur 70ha pour 20 ans. Soit 70/20 = 3,5ha par an.

    Les 55ha qui sont déjà consommés auraient duré 55ans si un seul hectare avait été consommé par an.

    En fait, en quelques décennies, tous les matériaux exploitables que contient notre riche sous-sol vont être consommés et bradés (sable notamment). Imérys n’arrête pas de se venter du nombre de trains qui partent et n’attend que la reprise économique pour en faire partir encore davantage. Nous gaspillons cette richesse locale pour quelques emplois et très peu de taxes (rien à Lavercantière, très peu à Thédirac).

    Les générations futures devront aller chercher les matériaux ailleurs alors que nous en avons en abondance sur place. Quand on sait que s’agissant de ces matériaux, une grande partie du prix c’est le transport (souvent la moitié), il faudra payer des sommes considérables plus tard en transport de matériaux à cause de l’erreur faîte aujourd’hui en détruisant nos réserves.

    Nous avons abordé également, en tant qu’associatifs, l’impact de cette exploitation industrielle sur l’eau, tant d’un point de vue des pollutions diverses, qu’entraine inexorablement ce type d’exploitation, que du point de vue de la ressource, le Frau étant un aquifère dont le réseau hydrique de notre département dépend en grande partie. Nous avons aussi, une nouvelle fois, démystifié le chantage à l’emploi qui servirait à justifier le désastre écologique déjà consommé et à venir…etc.

    Demain, les décideurs, quels qu’ils soient, prendront leur décision en toute connaissance de cause, le travail d’alerte, de mobilisation, de recherche, d’information, a été mené à son terme. Aujourd’hui, il ne nous reste que notre capacité citoyenne à résister, à faire en sorte que, quelle que soit la décision qui sortira du chapeau, nous resterons sur le terrain pour nous opposer avec force à l’appétit féroce de ces multinationales qui ne respectent rien, si ce n’est que la notion de leur profit toujours inassouvi. Nous n’abandonnerons pas notre territoire, c’est notre lieu de vie et nous sommes prêts, si les vents lui étaient favorables, à œuvrer pour son développement durable et le débarrasser définitivement des menaces industrielles qui le guettent.

    GARDAREM LOU FRAU !




  • (30/08/2015)- SAMEDI 5 SEPTEMBRE 2015 - 2ème RENCONTRES DES INITIATIVES LOCALES à RAMPOUX-LAVERCANTIÈRE.

    Rendez-vous sur le stand de l'ABSMB à l'occasion de cette journée organisée par Cercléco, Alternatiba, L'AMAP de Gourdon, L'AMIC, Idétorial, La Communauté de Communes de Cazals-Salviac, Initiatives Environnement Quercy Energies, APSMB, Los Barjacaires, Les Grandes Surfaces Vertes de Cazals...
    Venez nombreux pour nous aider à tenir le stand, débattre, échanger, s'informer, manger ensemble et beaucoup plus...

    Repas à 12h15 organisé par l'AMAP de Gourdon et pour la réservation des repas cliquez ICI

    Merci de diffuser largement à vos réseaux!







  • (30/08/2015) - PETIT JEU DE LA RENTRÉE!...


    Vous voulez savoir ce que gagne annuellement Gilles Michel, le directeur général du groupe Imerys?

    A vos calculettes!


    Question : Vous considérez le résultat comme... (Cochez la bonne réponse)
    NORMAL
    INSUFFISANT
    PEUT MIEUX FAIRE
    RÉPONSE:





  • (20/08/2015) - RÉPONSE DU MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE.

    Quel est le but que poursuit notre Association ?... C'est de positionner, à chaque niveau de responsabilité des prises de décisions, la dangerosité du projet d’extension d’Imérys sur les vergers à graines de l’ONF dans le Frau de Lavercantière.

    A ce titre, nous avons alerté toutes les parties prenantes dans cette décision, du plus haut niveau de l’Etat à l’échelon local, notre dernière intervention étant la Ministre de l’Environnement qui venait de mettre l’accent sur la nécessité de conserver la biodiversité dans le monde, en Europe, en France dans chaque Région et Département. L’organisation par la France de la COP21, conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Paris du 30 novembre au 15 décembre 2015, est la raison de cet engouement pour la sauvegarde de la biodiversité. Notre devoir était de montrer que l’action de notre Association est de préserver, avant toute autre chose, la biodiversité forestière que renferment les vergers à graines de l’ONF sur le territoire communal de Lavercantière.

    Ceci étant, la réponse qui nous est apportée, pour les militants que nous sommes, peut paraitre insuffisante, mais il n’en est pas moins que notre message a été entendu et que ce dossier sera dorénavant suivi également au niveau du Ministère de l’Environnement.

    Nous restons mobilisés et actifs dans la cause qui nous unit, celle de préserver coûte que coûte ce site des vergers à graines menacés en Bouriane, conservatoire essentiel de la biodiversité forestière.

    D’autres actions suivront afin de faire grandir, encore et encore, la mobilisation nationale, afin de sauver définitivement cette Zone à Défendre... Madame la Ministre nous attendons votre visite avec impatience!

    Réponse du Ministère de l'Écologie
    Cliquez ici/Click here
    télécharger




  • (10/08/2015) - VOUS AVEZ DIT EXEMPLAIRE?...

    Le maximum glaciaire : c’était il y a 22 000 ans.

    La fin de la glaciation : c’était cinq étapes sur 10 000 ans dont la dernière étape se situe entre -13 000 et -11 500.

    De là est parti, grâce à une érosion constante, la constitution d’un aquifère d’eau pure, véritable réserve naturelle dont est tributaire aujourd’hui tout le réseau hydrologique de notre région.

    Le prédateur industriel, avec l’aide de son lobby industriel, a conduit l’Etat, moins regardant à l’époque qu’aujourd’hui sur la notion de désastre écologique majeur conduisant de fait à la destruction pure et simple de la biodiversité et lorgnant sans pudeur sur les éventuelles retombées économiques, à lui donner les autorisations administratives d’exploitation en 2000. Depuis 58 hectares sont partis en fumée et aujourd’hui il en veut 70 de plus sur une durée de 30 ans sur un territoire national que sont les vergers à graines de l’ONF dans le Frau de LAVERCANTIERE.

    Après l’eau c’est maintenant l’avenir de nos forêts qui est menacé, la charrette commence à être vraiment lourde à trainer.

    Bien sûr, l’exploitant qui n’est jamais avare de forfanteries, vous expliquera, avec une dialectique très étudiée pour rouler dans la farine tous ceux qui aiment qu’on leur serve une explication toute faite, plutôt que de mener leur propre réflexion, afin de se forger une opinion personnelle, que l’action industrielle est meilleure que la nature, puisque ce que la nature a mis des milliers d’années à façonner, lui, avec ses machines, réhabilitera les surfaces exploitées en trois coups de cuillère à pot et vous donnera un rendu de meilleure qualité que ce qu’il y avait avant.

    Et dire que parmi ces truffes, se trouvent des élus que d’autres truffes ont mis en place, c’est d’un pathétique mon pauvre monsieur !

    Après dans ces affaires se mêle la corruption entraînant la collaboration et allant jusqu’au soutien inconditionnel. Pour quelques emplois, quelques tonnes de granulats par-ci par- là, quelques subventions à droite et à gauche… j’en passe et des meilleures.

    La communication, vous savez ce qui sert à tout expliquer sans jamais rien comprendre et qui vous fait d’un con un type intelligent à condition qu’il sache manier la langue de bois avec élégance. Vous savez aujourd’hui la société vous en formate des milliers par an que vous retrouvez à tous les étages. C’est la gangrène d’une société qui n’est plus capable d’aborder au fond les problèmes qu’elle rencontre et qui traite tout superficiellement en démontrant grâce à la communication qu’elle a bien fait son boulot.

    Mais revenons à nos moutons, aujourd’hui l’histoire n’est plus la même qu’hier et les résistances d’un autre ordre. La France va organiser la conférence mondiale sur le climat à Paris (la COP 21) en décembre prochain, donc la Ministre de l’écologie Madame Ségolène Royal a demandé au Pays de faire preuve d’exemplarité, les Préfets ont été briffés et ont du décliner à leur tour dans leurs Départements les engagements pris au plus haut niveau. Ainsi, à Cahors, fin juin, nous avons pu assister à une conférence sur la biodiversité qui s’est achevé par un discours de clôture très engagé de la part de notre Préfète en faveur de la conservation de la biodiversité.

    Ainsi à ce jour, nous ne voyons pas comment, Madame la Préfète pourrait renouveler les erreurs du passé dans le contexte actuel et passer à son tour pour la reine des truffes.

    Je nous vois bien manifester à Paris lors de la conférence sur le climat en décembre avec nos paniers à truffes remplis de galets en colère, pas vous ?






  • (27/07/2015) - 8e AlterVillage d'ATTAC!

    Le 8ème Altervillage d'ATAC s'est tenu du 10 au 17 juillet 2015 à la Borie-Haute au Vigan dans le Lot.

    L’AlterVillage est un campement autogéré d’une semaine : ni organisateurs, ni consommateurs, tout le monde oeuvre pour les tâches collectives de la vie du village.

    Plus d’une vingtaine d’ateliers permettent d’aborder et travailler nombreux des sujets qui nous importent : COP 21, Grèce, TAFTA, services publics, alternatives concrètes, modes d’action, etc...

    L'APSMB y était pour présenter notre action pour la préservation du Frau et des vergers à graines...

    Plus d'info? programme ici!




  • (28/06/2015) - LE COUP DE GUEULE DE RÉMI!

    GARDAREM LOU FRAU!


    A notre cri de ralliement « gardarem lou frau », environ 200 citoyens du FRAU se sont rassemblés, le samedi 20 juin 2015, à 11h00, devant la Préfecture du Lot, pour exprimer leur impatience à voir le Gouvernement trancher cette affaire de transfert des vergers à graines du Frau de Lavercantière. Nous, nous n’avons jamais rien demandé. On nous a imposé un site industriel dont nous ne voulions pas et ce dès l’origine. Nous supportons depuis 20 ans cette infamie qui nous pourrit la vie en souhaitant l’avènement de la fin d’exploitation à chaque échéance, mais d’extension en extension, ils ne partent jamais ils accentuent un désastre écologique majeur. On veut nous servir la soupe du compromis avec Imérys mais cela est impossible car on sait pertinemment que ces menteurs professionnels ne partiront jamais, même après avoir bouffé, dans 30 ans ou moins, les 70 hectares des vergers à graines.

    Donc, dans nos esprits c’est très clair, au terme de l’autorisation d’exploitation en vigueur, ils doivent quitter ce site !
    Maintenant, si l’Etat veut absolument se désengager de L’ONF, il n’est pas obligé de céder, sous une forme ou sous une autre, ses vergers à graines à Imérys, le Président du Conseil Départemental, lors de notre dernière rencontre, nous a affirmé qu’il était tout à fait disposé à prendre en charge le transfert de ce bien national de l’Etat au département du Lot et à le gérer dans la continuité en partenariat avec l’ONF. De son avis même, Imérys a pris ce qu’il avait à prendre, maintenant ils doivent partir.

    Alors, qu’attend le Gouvernement ? Pourquoi tergiverse-t-il ?
    Comme à chaque fois, il attend que la situation pourrisse, que les débordements surviennent, pour alors intervenir et imposer le compromis aux différents acteurs. Dans ce cas-là Imérys n’aurait pas la totalité des vergers certes, mais nous on serait encore obligé de les supporter 30 ans de plus. Et dans 30 ans rebelote pour nos enfants et petits enfants à qui on transmettra une sacrée merde. C’est ce que nous avons expliqué aux manifestants samedi dernier au travers des diverses prises de paroles. Si certains se sont moqués des petits hommes verts avec comme logo le galet en colère et qui n’avaient pas l’air très méchants, il faut qu’ils comprennent que sous notre air bon enfant se cache une détermination à toute épreuve. Il est vrai que pour certains médias il faut que ça saigne pour que ça ait l’air sérieux, bien qu’ils ne désespèrent pas trop ce temps là viendra quand nous le jugerons nécessaire.

    Nous avons donnés aux manifestants, lecture de la lettre que nous venons d’adresser à Madame Ségolène Royal, Ministre de l’environnement. Nous avons tiré là notre dernière cartouche en termes de concertation! Si d’aventure, rien ne redescendait du gouvernement après cela, nous rentrerions, de fait, dans une spirale d’affrontement, nous assumerons notre statut de résistants et là la situation va singulièrement se compliquer pour tout le monde. Nous avons appris des 20 dernières années où on nous a roulé dans la farine, nous avons vieillis pour la plupart et aujourd’hui nous n’avons plus rien à perdre.

    « Méfies toi de l’homme qui n’a plus rien à dire! »


    Rémi de Bouteiller





  • (27/06/2015)
    SAMEDI 20 JUIN - RASSEMBLEMENT CITOYEN
    POUR LA PRÉSERVATION DES VERGERS A GRAINES ET DU FRAU


    Le timing à la demande de la Préfecture a été quelque peu avancé et notre délégation a été reçue plus tôt que prévu vers 10h45 par M. Jean-Paul Lacouture, directeur des services du cabinet à la préfecture. Ayant déjà à maintes reprises évoqué le problème du Frau, il n’était pas question de répéter l’historique de notre lutte. Nous tenons pour principe que nos arguments principaux ont déjà été largement développés. Le but de notre entretien était de réaffirmer notre détermination et de porter à la connaissance de Madame la Préfète du Lot nos démarches en direction du Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie. Nous avons donc déposé le courrier que nous avions adressé quelques jours auparavant à Madame Ségolène Royal.

    Nous avons pu développer avec M. Lacouture les arguments contenus dans ce courrier et lui avons signifié que notre association face à la situation attentiste de l'État, passait de la Contestation à la Résistance, j'insiste sur ces mots car ils sont reflet exact de notre position. Nous attendons désormais une réponse ferme et définitive de l'État en direction de la protection des vergers à graines de Lavercantière. Les Élus Départementaux s'étant largement prononcés dans cette direction durant la campagne des élections départementales, nous serons attentifs à ce que l'Espace Naturel Sensible du Frau prenne toute sa dimension. Imérys a exploité plus que nécessaire et doit maintenant plier bagage. La biodiversité remarquable du Frau est un réservoir naturel à préserver et les vergers à graines un Patrimoine National en tant que conservatoire pour une grande part. D’ailleurs son implantation n'avait pas été faite au hasard car relevant d'un milieu à l'abri des poussières et pollutions, idéal pour la croissance et reproduction des arbres et pour la qualité de la production des graines.

    Nous avons aussi évoqué le problème du lobbysme largement utilisé par Imérys : Les citoyens et les élus locaux doivent ils plier face aux multinationales et par voie de conséquence ne plus être maitres de leur territoire. Nous avons aussi évoqué les risques de ZAD... car les esprits commencent à s'échauffer et face à ce type de situation où le déni de citoyenneté bat son plein et nous ne sommes pas certains d'en avoir la maitrise.

    Nous avons offert à Madame la Préfète un galet en colère, petit morceau de la terre du Frau, objet de tant de convoitise et aussi partie indissociable de ce qui fait la spécificité remarquable de sa biodiversité.

    Pour l'anecdote, en préambule de chaque etretien on nous souligne systèmatiquement qu'aucun dossier n'a été déposé par la multinationale... Comme un rempart au doute! Sérieusement?

    La manifestation s'est poursuivie avec de nombreuses prises de parole, Merzouk Sider et Rémi de Bouteiller (Pdt et Trésorier de l'APSMB), Gilles Vilard (Maire de Lavercantière), Geneviève Lagarde (Conseillère Départementale), Michel Grinfeder (Pdt du Gadel), Viviane Iragne, etc... Pour réaffirmer la stupidité de la situation et en soutien de l’APSMB dans la lutte qui est la nôtre pour la protection des vergers et du Frau. Nous les remercions de tout cœur pour leur engagement à notre cause.

    Un grand merci aux amis de Montcabrier pour leur soutien, eux aussi dans la lutte contre l’extension d’une carrière malgré la position des élus opposés au projet... et merci aux membres de la « Tribu Hypolaïs » venus pousser de la voix et du tambour.

    Empêchés ce jour, ils nous ont apporté leur soutien : Dominique Orliac, Madeleine Blanc, André Bargues... et d'autres élus de la communauté de communes Cazals/Salviac.

    Cette manifestation a réuni entre 150 et 200 sympathisants en Vert pour la plupart et à l’effigie des Galets en colère, symbole de notre DÉTERMINATION et notre engagement à RÉSISTER!

    RAS LE BOL DES LOBBIES!!!

    Merci à tous !

    GARDAREM LOU FRAU!


    Courrier à Mme Ségolène Royal
    Cliquez ici/Click here
    télécharger


    Photos R.T.


  • (22/05/2015)
    20 JUIN 2015 - RASSEMBLEMENT CITOYEN A CAHORS

    RÉSISTANCE A LA DESTRUCTION DES VERGERS A GRAINES !!!
    JUSQU'OÙ FAUDRA-T-IL ALLER POUR OBTENIR SATISFACTION?


    Si nous ne résistons pas fortement, l’État va se débarrasser de ce patrimoine inestimable pour une exploitation industrielle.
    En autorisant le pillage des ressources minérales présentes dans notre sous-sol Lotois, ce Bien National sera purement et simplement détruit.

    Malgré nos protestations, les pétitions, les questions au gouvernement formulées par nos députés, le projet est systématiquement réactivé par le biais des démarches de lobbying via un Ministère de l’industrie aux ordres.

    A la lumière de cette position insoutenable de l’État, nous appelons chacune et chacun à se mobiliser en vue d’une manifestation forte à CAHORS le SAMEDI 20 JUIN 2015 à 11h00 devant la préfecture du Lot, place Chapou, afin d’exprimer à nouveau et avec plus de force notre indignation et notre détermination à résister par tous les moyens à cette ignominie.

    Nous avons rencontré les élus de la République sur le sujet et ils ont d’ores et déjà, avec l’aide du gouvernement, les moyens de stopper l’expansion industrielle sans limites d’Imérys France dans le Frau de Lavercantière. Nous avons, durant la campagne des élections Départementales obtenu l’assurance de leur engagement unanime en faveur d’un développement industriel mesuré dans le Lot. L’Intérêt Général est la principale valeur qui nous unit dans une action responsable pour la défense du Bien Commun. Le but de ce rassemblement est d’obtenir enfin une réponse forte de l’État et son engagement définitif dans la protection des Vergers à Graines de Lavercantière.

    Les citoyens ne sont pas opposables aux multinationales et leurs lobbies! L’homme doit rester maitre de son destin et au centre de tout!

    ON NE VEUT PAS LE FRIC... ON VEUT LE FRAU!

    Dress-Code : En VERT pour tout le monde... et Écharpes pour les Élus!
    FAITES QUE LA MOBILISATION SOIT A LA HAUTEUR DE L’ENJEU!


  • (11/05/2015)
    ÉVALUATION ENTOMOLOGIQUE DE FRAU

    Afin d'évaluer la ressource en insectes du FRAU, nous allons organiser sur une année plusieurs balades entomologiques conduites par Philippe DOUAULT, ancien entomologiste de l'INRA.
    Certains d'entre vous ayant participé à la Marche Solidaire du Frau ont déjà pu apprécier la pertinence de ses propos. Bref! Nous sommes ravis de cette heureuse initiative!
    Après un repérage le 22 avril, la première balade a été programmée pour le vendredi 24 avril...

    Nous avons baser cette première action sur les insectes pollinisateurs qui sont en grand danger. Les dernières nouvelles sont très mauvaises, pour certains spécialistes dans 2 ans il n'y a plus d'abeilles en France; alors que dire des autres pollinisateurs; Nous souhaiterions vivement que tous les pollinisateurs soient classés espèces protégées... Nous en reparlerons à l'occasion car le cas est grave et les conséquences considérables.

    Nous avons donc passé une belle après-midi d'échange et de partage et Philippe nous a fait parvenir un premier rapport sur cette balade éclairée que je vous livre ci-dessous.
    Merci encore Philippe!
    (à suivre...)




    Remarques sur le site du Frau, situé sur les territoires de Lavercantière et Dégagnazès.
    Impact sur l’entomofaune pollinisatrice

    Philippe Douault, biologie des organismes, ingénieur honoraire de l’INRA


    A la suite d’observations sur le territoire exploité par la société Imerys, on peut se rendre compte des bouleversements importants engendrés par les travaux. Cet espace sensible subit de graves dommages du fait des creusements et modifications des chemins, routes et voies d’accès.

    La nature dans ce milieu fragile s’est organisée au cours de très longues années et en aucun cas ne pourra retrouver son équilibre écologique avant bien longtemps, même en tenant compte d’éventuelles et hypothétiques réparations.

    Le site du Frau dans son ensemble renferme des richesses florales qui préservent et entretiennent la présence d’insectes indispensables à l’agriculture comme les pollinisateurs, gravement menacés aujourd’hui ainsi que l’a récemment montré le programme européen « Alarm ». Cette faune subit depuis ces dernières années des agressions répétées qui la mettent en danger comme l’atteste t la diminution de toutes les espèces en Europe de l’Ouest. Le site du Frau dans sa totalité représente une réserve écologique faune-flore de grande qualité et mérite sur le plan naturaliste le plus grand respect.

    Les premières observations dans tout ce secteur permettent de remarquer la présence de plusieurs espèces de bourdons (Bombus sp.), notamment terrestris, lapidarius, pratorum, pascuorum, sylvarum, hortorum. Bombus hypnorum, également remarqué, est devenu en France des plus rares, cette espèce ayant pratiquement disparue de plusieurs régions (Ile de France notamment). Tous ces insectes, grands pollinisateurs et organismes particulièrement fragiles, recherchent les espaces ouverts et forestiers pour y nidifier et se reproduire. Le Frau correspond parfaitement à ces critères.

    Par ailleurs, des espèces d’abeilles solitaires réparties en plusieurs familles comme les Halictes, Andrènes, Mégachiles, Anthophores, Anthidiums, sont remarquées sur les espèces florales diverses et nombreuses.

    Le milieu désolé et profondément perturbé du site d’exploitation des galets met en danger d’une manière générale l’aspect biologique et naturaliste de ce territoire. La poursuite des travaux, et à plus forte raison, leur extension met en péril gravement la nature de ce périmètre. Il est vivement souhaitable que les projets futurs d’exploitation dans le site du Frau soient longuement discutés avant toute intervention.
    De plus, le creusement important ayant permis la formation d’un lac peut contrarier à l’avenir la qualité des nappes phréatiques et provoquer des pollutions.

    Observations faunistiques du 22 avril 2015 dans le périmètre de Dégagnazès.
    Les remarques sont les suivantes :
    - plusieurs ouvrières de B. pratorum montrent que un ou plusieurs nids sont présents sur le site.
    - présence également de B. terrestris fondatrices de nids
    - Présence de nombreuses fondatrices de B. pascuorum qui attestent la dominance de cette espèce pollinisatrice très efficace.
    Tous ces insectes sociaux qui nichent dans le Frau ont le plus grand besoin de ce genre de nature loin des pollutions et des perturbations diverses ordinairement proches des agglomérations.
    En insectes pollinisateurs solitaires, on peut citer : Anthophores sur Glechoma hederacea, ainsi que Colletes. De nombreux Euceras, mâles et femelles, sur Vesces et Glechoma ; plusieurs espèces d’Halictes sur Vesces ainsi que des Andrènes.
    Tous ces insectes auxiliaires de l’agriculture de la plus grande utilité trouvent dans le Frau des espaces fleuris de choix ainsi que des sols favorables pour l’installation de leurs nids souterrains.

    Conclusion.
    Nous savons aujourd’hui que tous les insectes pollinisateurs, à commencer par l’Abeille domestique, sont en forte diminution comme l’ont montré plusieurs publications scientifiques internationales.
    Les sites naturels, ressources précieuses pour la conservation de cette faune indispensable et fortement menacée, sont donc à conserver dans leur intégralité. La richesse du Frau en flore et en insectes, inféodés à cette flore variée, impose une protection et exclut tout bouleversement de nature à détruire ou modifier ce biotope équilibré.
    D’autres observations sont prévues un peu plus tard en saison afin de suivre le développement des différentes espèces citées.


    Quelques images réalisées durant la journée...


    Photos R.T.





    JOURNAL DE CAMPAGNE!


    CONCLUSION
    Nous avons fait le tour de tous les candidats et avons essayé d'être le plus objectif possible...
    Maintenant à vous, chers adhérents et sympathisants Lotois de vous faire une opinion avant de glisser le bulletin dans l'urne!


  • (06/03/2015) L'APSMB s'invite aux réunions publiques des élections départementales des 22 et 29 mars prochains.

    Rien ne vaut le face à face, aussi nous avons pris l'initiative de nous rendre dans les réunions électorales afin de rencontrer les candidats aux Départementales 2015, afin d'obtenir des réponses à la question suivante:

    "Dans votre programme politique, dans le cadre du développement industriel du Lot, comment concevez-vous celui concernant les carrières ? Avez-vous pour objectif de revenir à un développement raisonné dans le cadre d'un artisanat local afin de servir les besoins départementaux, voire régionaux, en matière de ressources minérales, ou comme cela vient d'être le cas au cours des précédentes mandatures de vendre au plus offrant notre territoire et en particulier la Bouriane ?"




  • Nous avons reçu les commentaires d'amis du FRAU ayant participé à la réunion des candidats PS au canton de GOURDON à CAZALS le samedi 21/03/2015... Nous vous les transmettons in extenso...

    12 personnes étaient présentes à cette réunion, incluant les 4 candidats PS aux élections
    Nous avons abordé directement la question de la carrière du Frau par le biais qui fâche : Les Emplois.
    Bien conscients de la difficulté qu’il y a à trouver et garder un emploi dans le Lot, zone rurale, peu peuplé et sous certains aspects peu dynamique, nous leur avons rappelé que :

    1- Imérys n’est pas un carrier local mais une multinationale, laquelle emploiera indifféremment des travailleurs locaux ou venant de l’autre bout du monde – le moins coûteux sera le mieux.

    2- Les emplois directs créés par la carrière sont de l’ordre d’une vingtaine, pas plus, et aux dépends d’autres activités locales qui existaient ou pourraient exister (petits paysans, gites ruraux et autre activité de « tourisme vert »)

    3- Au-delà d’un calcul des avantages et inconvénients de la carrière, il y a une question de fond en jeu ici : créer des emplois, certes, mais à quel prix ? Tout emploi est-il bon à prendre, sachant les coûts environnementaux et sociaux exorbitants sur le long terme ?

    Mr Bargues s’est montré attentif à nos questions ; il est clair selon lui que lorsqu’Imérys en aura fini avec le Frau, elle laissera et les hommes et la nature dans une situation peu enviable : les hommes sans travail, et la nature largement détruite.
    Mr Bargues sait que les plantations effectuées par Imérys sur les zones exploitées sont dérisoires, le sol ayant été mis sens dessus- dessous et la couche arable réduite à néant.
    Il évoque aussi le fait que le Frau est un RESERVOIR qui alimente de nombreux cours d’eau et que les vergers à graines sont un PATRIMOINE qui mérite d’être protégé et défendu.
    Il pose ainsi la problématique : Qu’est-on prêts à faire pour créer de l’emploi ?
    Et répond qu’on ne peut pas tout faire, qu’on ne peut pas créer des emplois qui détruisent Durablement la nature.
    Il a lié ces questions à celle de choix de société plus fondamentaux, notamment concernant l’agriculture. Il a critiqué vivement le soutien actif des différents gouvernements à l’agriculture productiviste des exploitants agricoles et des agro-industriels (celle de la FNSEA) et a appelé à une agriculture se basant sur une connaissance approfondie des écosystèmes naturels et utilisant ainsi moins de pesticides.


  • SALVIAC, le 20/03/2015

    Nous sommes allés à la réunion publique afin de revoir les candidats PRG au canton de GOURDON :

  • DENIS Nathalie
  • LACOMBE Robert
  • FAUCON Alain
  • ALAZARD Sabine

    En raison de la venue de la Ministre du Logement, de l'Egalité des territoires et de la Ruralité, Madame Sylvia Pinel, la réunion publique s'est transformée en réunion politique sans débat... Dommage!

    Nous avons pu échanger en fin de séance avec Madame la Députée Dominique Orliac... à suivre!

  • CAZALS, le 17/03/2015

    Nous avons rencontré les candidats RASSEMBLEMENT CITOYEN (FG/EELV) au canton de GOURDON :

  • PAVAN Pascal
  • IRAGNES-COLIN Viviane
  • LÉVEILLÉ Sylvie
  • GOUT William

    Après la présentation des enjeux politiques de cette élection et les répercussions que peut avoir la réforme territoriale pouvant conduire à terme à la suppression des départements, nous avons posé La Question aux candidats :

    Ce fut un échange très direct et très spontané qui a permis aux candidats de prendre acte dans leur volonté d’avoir, dans toute décision le souci d’une réflexion et d’une consultation citoyenne globale. Ils ont pu mesurer, grâce à l’argumentation des représentants de l’APSMB, la différence qui existe entre une carrière de type artisanal et une carrière de type industriel, autant par le nombre d’emplois réels qu’elles génèrent et par l’ampleur du désastre écologique irréversible qu’elles engendrent l’une et l’autre.

    En conséquence, ils promettent d’agir pour contrer Imérys dans son expansion industrielle, avec tous les outils que possède le département dans le domaine de compétences qui lui est propre. Nous avons le sentiment qu'une véritable compréhension des enjeux environnementaux de notre territoire émane des candidats, assortie de propositions concrètes et réalistes.

    Nous avons pris acte de la volonté politique de leur parti exprimée par les candidats.

    Nous avons reçu les commentaires de plusieurs amis du FRAU concernant les propos tenus par les candidats sur le sujet qui nous est cher...
    Nous vous les transmettons avec plaisir...


  • DÉGAGNAC, le 10/03/2015

    Un ami du FRAU a questionné les candidats RASSEMBLEMENT CITOYEN (FG/EELV) au canton de GOURDON :

  • PAVAN Pascal
  • IRAGNES-COLIN Viviane
  • LÉVEILLÉ Sylvie
  • GOUT William

    La question posée sur : « quel avenir industriel pour le Lot au lendemain du 29 mars 2015 et notamment dans le domaine des carrières ? », a amené le débat sur un examen plus global de la gestion économique, énergétique et écologique du Département.
    ...

    Dans la profession de foi des candidats de ce rassemblement politique, il est acté qu’ils seront mieux à l’écoute des populations locales sur les questions de l’environnement, particulièrement quant à l’expansion de la carrière de quartz qui menace, sur le territoire de la commune de Lavercantière, les zones protégées de l’espace naturel sensible du Frau.

  • LE VIGAN, le 13/03/2015

    Un ami du FRAU a questionné les candidats RASSEMBLEMENT CITOYEN (FG/EELV) au canton de GOURDON :

  • PAVAN Pascal
  • IRAGNES-COLIN Viviane
  • LÉVEILLÉ Sylvie
  • GOUT William

    Après la présentation des enjeux politiques de cette élection et les répercussions que peut avoir la réforme territoriale pouvant conduire à terme à la suppression des départements, nous avons posé La Question aux candidats :

    Ce fut un échange très direct et très spontané qui a permis aux candidats de prendre acte dans leur volonté d’avoir, dans toute décision le souci d’une réflexion et d’une consultation globale. Ils ont pu mesurer, grâce à l’argumentation des représentants de l’APSMB, la différence qui existe entre une carrière de type artisanal et une carrière de type industriel, autant par le nombre d’emplois réels qu’elles génèrent et par l’ampleur du désastre écologique irréversible qu’elles engendrent l’une et l’autre.

    En conséquence, ils promettent d’agir pour contrer Imérys dans son expansion industrielle, avec tous les outils que possède le département dans le domaine de compétences qui lui est propre. Nous avons pris acte de la volonté politique de leur parti exprimée par les candidats.
  • Connaissance du dossier de la part des candidats mais interrogations quant à la complexité de la situation.
  • Volonté affichée de s’impliquer fortement pour empêcher la destruction du Frau évoquée par notre adhérent.
    De même plusieurs questions à propos de la gestion des terres agricoles et le blocage de celles-ci pour l'installation des jeunes agriculteurs... les candidats adhèrent!

  • SALVIAC, le 09/03/2015

    Nous avons rencontré les candidats UDI au canton de GOURDON :

  • MAURY Patrice
  • BENASTRE Paola
  • CALVEZ Luc
  • ROUSSING Martine

    Après qu'ils se soient présentés individuellement, qu'ils aient fait part de leurs motivations respectives, critiqué le passif des élus sortants et expliqué, selon eux, qu'elles seront, à terme, les conséquences de la réforme territoriale départementale, nous leur avons posé La Question...

    Patrice MAURY et Paola BENASTRE, bien au fait du dossier de la carrière du Frau, ont relevé l'aberration d'une telle installation industrielle en plein cœur de la Bouriane. Ils ont déclaré :

  • Qu'ils ne sont pas favorables à l'extension de cette carrière qui s'apparente plus à une exploitation de type minier, occasionnant des dégâts considérables sur l'environnement et le cadre de vie des riverains,
  • Qu'il serait plus raisonnable de soutenir l'activité d'un artisanat local respectueux des règlementations, de l'environnement et des populations riveraines, celui-ci, suffisant à couvrir les besoins de la demande locale voire régionale, tout en étant un pourvoyeur d'emplois de proximité plus important,
  • Qu'ils n'entendent pas subir le dictat de l'administration centrale et que la parole des élus doit être respectée et considérée comme ce devrait être chaque fois le cas dans la vie démocratique de notre République,
  • Qu'ils veulent que les institutions respectent l'environnement qui est un atout pour ce département pour l'équilibre de l'économie touristique, de l'artisanat et d'une agriculture raisonnée de qualité,
  • Qu'ils souhaitent mieux organiser la solidarité des personnes et des territoires.

    Voilà en substance ce qu'il nous a semblé important de pointer, dans les circonstances présentes, nous avons pris acte de la volonté politique exprimée par les candidats.

  • LAVERCANTIÈRE, le 04/03/2015

    Nous avons rencontré les candidats PS au canton de GOURDON :

  • BARGUES André
  • SAOUDI Nadine
  • GINESTE Frédéric

    Après qu'ils se soient présentés individuellement et qu'ils aient fait part de leurs motivations respectives et expliqué les raisons d'une liste séparée avec les Radicaux de Gauche, nous leur avons posé La Question...

    André BARGUES, pour l’avoir traité au sein de la communauté de commune Cazals-Salviac dont il assure la présidence, connaissait parfaitement le problème de la carrière du Frau. Il apparait :

  • Qu'ils ne sont pas favorables à l'extension de cette carrière totalement anachronique dans le cadre d'un développement industriel qui se voudrait raisonné.
  • Qu'ils souhaiteraient plutôt soutenir un artisanat local respectueux des règlementations, de l'environnement et des populations riveraines,
  • Qu'ils n'entendent pas être méprisés par l'administration centrale et que la parole des élus soit respectée et considérée comme se devrait être le cas dans la vie démocratique de notre République,
  • Qu'ils se veulent respectueux de l'environnement qui est un atout pour ce département dans un partenariat avec les associations.
  • Qu'ils souhaitent soutenir l'économie touristique, l'artisanat et une agriculture raisonnée de qualité,
  • Qu'ils souhaitent poursuivre le travail engagé dans le domaine de la solidarité des personnes et des territoires.

    Nous avons pris acte de la volonté politique exprimée par les candidats.

  • LAVERCANTIÈRE, le 06/03/2015

    Nous avons rencontré les candidats PRG au canton de GOURDON :

  • DENIS Nathalie
  • LACOMBE Robert
  • FAUCON Alain
  • ALAZARD Sabine

    Après qu'ils se soient présentés individuellement et qu'ils aient livré les raisons politiques qui les ont amené à conduire une liste séparée de leur partenaire PS, pourtant tous deux issus de la majorité départementale sortante, nous avons donc posé La Question...

    Nous avons été stupéfaits qu'ils ne connaissent aucunement le problème de la carrière du Frau et les enjeux qui en découlent... Gourdon n'est pourtant pas si loin et ne serait-ce pas le cœur administratif de la Bouriane ? En substance, devons-nous penser qu'il nous reste encore à fournir une masse considérable de travail pour nous faire entendre et peut-être même à faire évoluer nos méthodes enfermées dans un contexte républicain respectueux de la démocratie continuellement foulé aux pieds par l'administration centrale et nos élus républicains?...

    Il semblerait qu'il faille réorienter et intensifier notre mode de résistance. L'avenir nous le dira très vite… Quinze ans de lutte ne passent tout de même pas inaperçus sur un territoire grand comme la Bouriane...

    Quoiqu'il en soit, après leur avoir succinctement expliqué la situation, ils ont vite pris le parti de revenir à la préservation d'un artisanat local raisonné dans le respect de la décision des élus locaux en jouant la carte de la proximité.
    Nous avons pris acte de la volonté politique de leur parti exprimée par les candidats et leur avons laissé un dossier.
    Nous reviendrons vers eux avant la fin de la campagne pour un nouvel échange... à suivre!

  • UZECH-les-Oules, le 05/03/2015

    Nous avons rencontré les candidats PS au canton CAUSSES et BOURIANE:

  • DEVIERS Danièle
  • RIGAL Serge
  • VACOSSIN Amélie
  • PETIT Jean

    Après qu'ils se soient présentés individuellement et qu'ils aient fait part de leurs motivations respectives, nous leur avons posé La Question :

    Contrairement à d'autres ils sont très au fait de la situation qui nous préoccupe et ils n'ont pas éludé le débat qui a pu se dérouler sereinement et de manière approfondie.
    Les arguments forts qui en ressortent :

  • Le département en ce qui concerne l'Espace Naturel Sensible du Frau, a dans le cadre de la loi des outils de protection.
  • Les candidats PS n'ont pas vocation à servir les intérêts des actionnaires d'une multinationale.
  • Il faut un développement industriel raisonné pour le Lot, dans le respect des réglementations.
  • Il faut que les communes organisent et protègent leur territoire en mettant en œuvre des Plans Locaux d'Urbanisme.
  • La ruralité de notre Département nécessite que l'on organise la solidarité entre les différents territoires.
  • L'agriculture raisonnée de qualité doit être soutenue avec l'organisation des circuits courts et la préservation de l'environnement.
  • L'activité économique touristique reste une préoccupation majeure des candidats.

    Nous avons pris acte de la volonté politique de leur parti exprimée par les candidats.



  • (23/02/2015)
    IMAGES EN RESISTANCES 2015

    La 6ème édition du festival se tiendra du 25 février au 1er mars 2015 au cinéma l'Atalante à Gourdon

    Nous espérons vous retrouver nombreux à l'occasion de la "Nuit des Résistances Locales" samedi 28 février à 23h15 pour échanger, débattre, partager... autour des différentes luttes locales qui nous animent et nous mobilisent... A cette occasion nous serons heureux de vous retrouver pour discuter des dernières avancées de notre association.
    Nous vous invitons spécialement à voir "Bagarre au barrage" de Jean-Luc Bouvret à 16h00 Dimanche 1er mars, film suivi d'un débat en présence de 2 directeurs de recherche du CNRS, Messieurs Lorblanchet et Sacchi. Ce film n'est pas sans rappeler notre lutte et présente des solutions citoyennes fortes face aux puissances des lobbies... à voir Absolument!


    Cliquez pour agrandir!

  • (05/02/2015)
    L'APSMB reçue par la DDT et la DREAL

    Après maintes demandes pour obtenir une entrevue avec le(s) Préfet(s) du Lot et à force d'insistance, nous avons finalement été orientés par la préfecture vers les services de la DDT et de la DREAL. Le président de l'APSMB et 3 membres du CA, ont rencontré le 11 Février dernier Messieurs Lampin et Champeimont, représentants respectifs des deux institutions, afin d'exposer leurs préoccupations. Les champs d'action de la DREAL étant extrêmement larges nous avons pu exprimer dans ce cadre nos objectifs et nos préoccupations quant à la gestion durable de ce territoire.

    A la question : " Quel est l'objectif de votre visite ? " nous avons clairement énoncé notre désir d'accompagner la fermeture du site au terme de l'autorisation d'exploitation accordée en 2009 et d'avoir l'assurance que les conditions de réhabilitation auront bien été réalisées conformément au cahier des charges prescrit par l'arrêté préfectoral d'autorisation.

    Nous sommes des lanceurs d'alertes et notre vie au quotidien est affectée par l'exploitation d'Imérys, notre rôle de citoyens responsables nous engage quoiqu'il en soit dans la préservation de notre cadre de vie au sens large.

    Nous avons ainsi pu aborder la gestion catastrophique du réseau routier et mis en avant le non-respect du protocole engagé par Imérys sur les itinéraires d'évacuation des matériaux. Les conditions d'ouverture au trafic routier, établies dans le dossier initial étaient bien définies, mais le directeur de la carrière a avoué à plusieurs reprises son incapacité à faire respecter ce protocole. De ce fait la responsabilité de l'État se trouve engagée quant à la sécurité des usagers (et riverains !) de ces routes. Les répercussions économiques sur les contribuables lotois, liées aux travaux permanents sur le réseau ont également été évoquées.

    Nous avons fait part de nos inquiétudes concernant l'instabilité des terrains : Le carrier a détruit une partie du " fossé du diable " (fossé de franchise médiéval du Dégagnazès) qui s'est effondré dans la carrière. D'autre part un glissement de terrain en bord de route a créé une crevasse qui est restée plus de 8 mois en l'état. D'autres exploitants ont d'ailleurs connu des déboires similaires dans la région ...

    Concernant l'eau nous avons dénoncé le caractère permanent du rejet de l'eau du lac, qui s'est formé à fond de fouille près du Mas Blanc, dans le milieu naturel. Ce rejet est autorisé ponctuellement en fonction des conditions météorologiques (précipitations torrentielles par ex.). Or l'eau se déverse dans la vallée depuis plus de 2 mois... Quelle incidence les multiples pollutions d'eaux saturées en argile ont-elles eu sur la vie du milieu aquatique environnant ? Quel est l'impact de l'usage massif de floculant sur l'eau de surface et l'eau d'infiltration ?

    Nous avons réclamé la protection sans condition du patrimoine naturel reconnu par la création de l'Espace Naturel Sensible du Frau-Dégagnazès en Bouriane. Ce territoire par sa diversité biologique, son paysage unique et remarquable, son patrimoine historique et archéologique, le capital conservatoire et génétique forestier que représentent les vergers à graines, et ses ressources aquifère exceptionnelles doit être protégé des extensions projetées par Imerys ! Nous avons le sentiment que le message est passé, car les nuisances sont bien réelles en opposition à l'image modèle cultivée par Imérys. La communication à grand renfort de plaquettes " publicitaires " ne doit pas masquer la réalité constatée sur le terrain...

    Nous restons mobilisés et attendons qu'on nous donne suite.

    27 janv. 2015--------------------------------------------19 janv. 2015-------------------------------------------- Printemps 2013-------



  • (21/01/2015)
    21 JANVIER 2015...

    Encore une bien triste nouvelle... Maud s'en est allée!
    Maud nous a apporté son soutien actif et avisé tout au long de cette année et montré la voie dans ce combat que nous avons engagé... Puisse notre engagement être aussi fort que le sien! Nous garderons le souvenir de son sourire dans nos cœurs!
    Nos pensées affectueuses vont vers Ugo, Martine, Rémi, Solène, Patrick... et tous les membres de sa famille.
    Si vous désirez honorer la mémoire de Maud, vous pouvez faire un don à:
    Association Le Prieuré du Dégagnazès
    Monsieur Calmels Pierre
    17 rue Georges Bernard Shaw
    75015 Paris
    qui contribue à la restauration et la conservation de ce monument historique et dont elle était membre.


  • (10/01/2015)
    CAHORS: JEUDI 8 JANVIER 2015...

    Autour de Charlie... Pour que leurs plumes pèsent plus lourd que les plombs!





  • (28/11/2014)

    ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DE L'APSMB

    L'AG se tiendra à la salle des fêtes de Lavercantière le Dimanche 7 décembre 2014 à 16h00.

    Nous remercions vivement ceux d'entre vous qui ont déjà renouvelé leur cotisation 2014.
    Pour les retardataires merci de nous l'envoyer avant la tenue de notre assemblée.
    Si vous désirez intégrer le CA, faites nous parvenir vos candidatures
    L'AG s'achèvera sur le vin d'honneur traditionnel suivi d'un repas tiré du sac pour ceux qui le désirent afin d'offrir à tous les membres un moment d'échange et de convivialité...
    Amitiés à tous et à très bientôt!

  • (22/08/2014)

    LE MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE RECONNAIT L’IMPORTANCE ET LA MISSION D’INTÉRÊT GÉNÉRAL DES VERGERS A GRAINES DE LAVERCANTIÈRE!

    Notre campagne d’information et d’indignation commence à porter ses fruits.
    En réponse au courrier de Gilles Vilard, Maire de Lavercantière, concernant les inquiétudes quant à la pérennité des vergers à graines, le ministère de l’Agriculture, de l’Agro-alimentaire et de la Forêt (MAAF) affirme : « il n'est pas envisagé de remettre en cause les Vergers à Graines de Lavercantière ». (LIRE)

    Des questions écrites ont été posées au gouvernement par Dominique Orliac, Députée du Lot et Patrick Mennucci, Député des Bouches-du-Rhône. Le Ministère a répondu à Patrick Mennucci qu’il « ...soutient notamment, sur des parcelles appartenant à l'État, un programme national de vergers à graines forestières, faisant appel à l'excellence de la recherche finalisée française et aux compétences de l'Office national des forêts, chargé de gérer ces vergers dans le cadre d'une mission d'intérêt général. ». (LIRE)

    La question écrite au gouvernement posée par notre Députée n'a pas de réponse à ce jour. (LIRE)

    MAIS NOUS DEVONS RESTER VIGILANTS...

    Une partie du chemin a été faite ! Mais notre revendication n’est toujours pas satisfaite. L’État élude le problème en arguant du fait qu’aucune demande écrite n’a été déposée par Imerys concernant l’extension sur les vergers à graines et semble ignorer la présentation des projets d’extension par Imerys à la commune de Lavercantière, et au Comité de coordination des vergers à graines de l’Etat présidé par le MAAF, lors de sa dernière réunion annuelle. C’est pourquoi notre revendication est toujours de mise et malgré la reconnaissance par l’État de l’intérêt général de ces vergers, le Ministre ne s’est toujours pas opposé fermement et définitivement à la destruction des vergers à graines situés à Lavercantière.

    DANS LES SEMAINES À VENIR...

    Nous nous attendons à ce qu’un dossier soit déposé par Imerys prochainement. Le quartz est un matériau très courant sur terre et leur acharnement à vouloir détruire les vergers à graines ne se justifie absolument pas! D’autre part la réhabilitation de la zone d’extraction initiale est pour l’instant un échec! Les plantations sur la partie nord restent symboliques et la formation d’un lac sur la partie sud démontre le manque de maitrise de ses obligations de réhabilitation par cette entreprise, perçue comme un « Modèle » par la préfecture du Lot. L’APSMB vient de saisir le Préfet du Lot à ce propos. (LIRE)

    Comment l’État pourrait-il donner carte blanche à cette société sur une deuxième extension, alors que la remise en état de la zone d’exploitation initiale ne répond absolument pas au cahier des charges et nous n’osons pas imaginer ce que sera la réhabilitation de la première extension en cours d’exploitation...

    BILAN

    Au final nous sommes confrontés à une destruction irréversible de l’environnement !

    Les territoires s’appauvrissent tandis qu’Imerys et le lobby des carriers s’enrichissent !

    Il faut STOPPER Imerys, l'empêcher d'aller plus loin dans son extension malfaisante, l'obliger à reprendre de fond en comble la remise en état du site actuellement détruit et demander réparation pour les dégâts causés à l'économie et l’environnement. Nous restons déterminés dans notre lutte et grâce au soutien de tous les opposants à ce projet destructeur, les lignes finissent par bouger. Merci à vous donc pour votre soutien et... GARDAREM LOU FRAU!

    Il reste du chemin à parcourir pour faire pencher la balance de notre côté. C'est pourquoi nous vous appelons à nous rejoindre en :
    En adhérant à l'association ICI
    En signant et faisant signer la pétition. ICI

    Le Conseil d'Administration


  • (21/07/2014)

    MARCHE SOLIDAIRE DU FRAU DU 20 JUILLET 2014

    Dimanche nous avons organisé une marche solidaire dans le FRAU et malgré les menaces d'orages, 100 personnes se sont retrouvées sur les routes pour prendre conscience d'une part du désastre écologique généré par la carrière d'Imérys et d'autre part de la valeur du patrimoine forestier à protéger...
    Différentes interventions ont eu lieu au long du parcours: Philippe DOUAULT (Entomologiste) à propos du milieu riche en biodiversité et de l'impact de l'homme sur cet espace sensible. François WENCELIUS (Ingénieur Forestier) a présenté les Vergers à Graines de Lavercantière en expliquant leur vocation et les enjeux qu'ils induisent.

    Après 2 heures de marche nous avons rejoint le hameau du Dégagnazès. Geneviève LAGARDE (Vice-Présidente du Conseil Général du LOT en charge de l'Environnement) a souligné l'importance de protéger ce patrimoine riche en biodiversité dans la mesure où celui-ci s'inscrit déjà dans un Espace Naturel Sensible. Gilles VILARD (Maire de Lavercantière) a levé l’ambiguïté sur les projets d'extension d'Imérys et mis en avant le rôle économique des Vergers. Rémi de BOUTEILLER a pris la parole au nom des riverains impactés par les nuisances de la carrière. Nous avons terminé cette marche contestataire mais néanmoins instructive et conviviale, autour du verre de l'amitié et d'un repas tiré du sac... dans l'herbe de la vallée du Dégagnazès.

    L'équipe de l'APSMB remercie vivement tous les participants pour leur soutien enthousiaste et engagé! Au cours de votre randonnée dans le Frau, vous avez pu vous rendre compte des dégâts irréversibles causés à l'environnement après 15 ans d'exploitation minière de la société Imérys. Ainsi, vous avez pu juger de la justesse de nos revendications pour arrêter ce massacre. Notre combat consiste à bloquer toute possibilité d'extension de carrière dans cette zone déjà sévèrement touchée. Aussi, nous avons demandé l'établissement de zones rouges, interdisant toute création ou extension de carrière, dans le cadre de la réactualisation du schéma départemental des carrières du Lot.

    Dans le Frau de Lavercantière, vous avez pu apprécier l'outil essentiel, unique et vital pour les générations futures que représentent les vergers à graines forestières, bien national géré par l'ONF. Vous avez pu mesurer l'ignominie qui consisterait à céder ce patrimoine national de 70 hectares à Imérys.
    Cette journée a été une réussite grâce à vous par la manifestation de votre soutien. Notre combat a besoin du soutien le plus large possible dans la durée, aussi nous vous demandons de rester mobilisés car d'autres rendez-vous viendront bientôt, au cours desquels, nous devrons montrer toute notre détermination collective.










    Photos Ph.Janina et T. Aarts

  • (14/07/2014)

    QUESTION AU GOUVERNEMENT

    Dominique ORLIAC, Députée du LOT a déposé une Question Écrite adressée à Stéphane LE FOLL - Ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt suite aux récents échanges avec Gilles VILARD - Maire de LAVERCANTIÈRE, concernant la problématique des Vergers à Graines Forestières.


  • (12/07/2014)

    MARCHE SOLIDAIRE DANS LE FRAU LE 20 JUILLET 2014

    Afin de sensibiliser l'opinion publique autour des Grands Vergers à Graines du FRAU de LAVERCANTIÈRE, l'association APSMB organise une randonnée solidaire où nous mêlerons découverte et indignation.
    Nous passerons ainsi en revue les divers éléments emblèmatiques et polémiques de cet espace à protéger.
    Rendez-vous à 9h30 devant l'ancienne école du DÉGAGNAZÈS, puis nous emprunterons la route communale du Dégagnazès et nous longerons la vallée jusqu'au Mas Blanc.
    Ensuite nous prendrons la route communale qui mène à la D50 afin de mesurer l'impact de la carrière sur l'environnement.
    Puis nous rejoindrons par la D50 jusqu'à Vayrières où François WENCELIUS nous parlera des Vergers à Graines.
    Enfin nous retournerons au DÉGAGNAZÈS par la D50, puis par un chemin vicinal à travers vergers et bois!
    Aux alentours de Midi : Déjeuner sur l'herbe tiré du sac!
    Il y aura de multiples interventions tout le long du chemin : Philippe DOUAULT (Entomologiste), Christiane COURANT (Botaniste), François WENCELIUS (Ingénieur Forestier)... afin d'appréhender les différents aspects des milieux abordés.
    Durée de la randonnée : 2 heures (1 heure de marche + 1 heure d'interventions)

    Venez nombreux!
    N'hésitez pas à nous contacter pour tout renseignement au : 05.65.22.76.13.
  • (12/07/2014)

    MARCHE SOLIDAIRE DANS LE FRAU LE 20 JUILLET 2014

    Plan d'accès et Plan du parcours

    Cliquez pour agrandir

  • (11/07/2014)

    POUR COUPER COURT AUX POLÉMIQUES!

    Imérys joue la carte de la confusion en semant le doute concernant leur projet d'extension sur les vergers à graines de Lavercantière. Donc afin de clore le débat sur les superficies visées par ces extensions, nous publions un document réalisé par Imérys même.
    Et quand l'APSMB annonce que 70ha sont concernés par le projet... nous en apportons la preuve!


    Cliquez pour agrandir

    Dans l'article de la Dépêche du Midi du 18/06/2014, Imérys tente de minimiser le projet d'extension dans les vergers à graines et réfute le chiffre de 70ha (Premier mensonge).

    Quant au vestige médiéval (fossé de franchise du Dégagnazès) qu'ils prétendent ne pas avoir touché (second mensonge), Imérys semble avoir oublié qu'ils sont sous le coup d'une plainte au pénal devant le TGI de Cahors en raison de la destruction d'une partie de celui-ci.


  • (20/06/2014)

    RASSEMBLEMENT DEVANT LA PREFECTURE DU 19 JUIN 2014

    70 personnes se sont mobilisées pour cet enterrement hautement symbolique, puisqu’'un cercueil à l'’effigie de l'’ONF, planté d’'un arbre du Frau de LAVERCANTIERE a été déposé devant la préfecture du Lot, place Chapou.
    Plusieurs prises de paroles ont eu lieu :
    - Le président de l'’association pour la préservation des sites menacés en Bouriane, Mr Merzouk Sider a remercié les manifestants de leur présence, ensuite il a donné lecture du communiqué de presse et a dressé les perspectives de mobilisation.
    - Mr Gilles Vilard, maire de Lavercantière, a confirmé l'’existence d’'un document remis à sa commune par Imerys faisant état d'’un projet d’'extension de 70 hectares sur les Vergers à Graines de l'’ONF.
    - Des commentaires, les plus perspicaces, ajoutés par les signataires au nombre de 5000 à cette date, sur la pétition nationale lancée depuis à peine une dizaine de jours, ont été lus pour l’'assemblée.
    - Nous avons été reçus alors par un représentant du préfet auquel nous avons remis un dossier de doléances pour l’'arrêt immédiat des tractations entre les services de l’'Etat et la multinationale Imérys pour une future extension sur les vergers à graines de l'’ONF et pour le classement du site menacé en zone rouge dans le nouveau schéma départemental des carrières.

    Le mouvement s'’est poursuivi à notre sortie de la préfecture par un débat sur place et un dialogue avec les journalistes présents sur le site. Dispersion à 13h30 dans le calme et la sérénité.
    Nous remercions chaleureusement les élus qui sont de plus en plus nombreux à rallier notre cause.

    Toutefois les galets sont déterminés et restent mobilisés!

    SIGNEZ ET RELAYEZ ENCORE ET ENCORE !

    Pétition : http://www.change.org/vergersagraines

    ADISHATZ!



    images DM....

  • (16/06/2014)

    Pour suivre l'info de l'APSMB!


  • Vous souhaitez pérenniser collectivement l'avenir des vergers à graines!
    Retrouvez-nous devant la préfecture du Lot, Place Chapou le 19 juin à 11h00
    A cette occasion, pour marquer notre opposition, un cercueil surprise sera déposé aux portes de la préfecture, une délégation sera reçue par le Préfet du Lot et un communiqué de presse sera remis aux différents médias présents sur place.

    Dress Code: Habits noirs, lunettes noires!... pour tout le monde!
    Echarpe tricolore pour les élus!

  • (09/06/2014)

    LE LOUP SORT DU BOIS!
    IMÉRYS à sa demande, a été reçu à la mairie de Lavercantière. L'objet de la visite : La présentation de leur projet d'extension!
    Il en ressort qu'ils convoitent rien moins que 70ha au beau milieu des vergers à graines de l'ONF sur la commune de Lavercantière!!!
    Que des tractations sont en cours avec M. Bouillon représentant du Ministère de l'Agriculture qui pilote le comité de coordination des vergers.
    Charmante perspective, quand on connait la valeur inestimable de ce patrimoine forestier dont la mise en place a pris plus de 40 ans et couté plusieurs millions d'euros aux contribuables.
    Nous avons par ailleurs réalisé un document sur ces vergers que l'on peut télécharger à la rubrique Documents.

    Parce que nous ne voulons pas voir ces vergers d'Intérêt National anéantis, nous venons de lancer une campagne de pétition afin de saisir M. Stephane Le Foll, Ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt pour qu'il s'oppose fermement et définitivement à la destruction programmée des Vergers par la société IMÉRYS et ses actionnaires affamés.

    Nous vous encourageons comme il se doit, à signer massivement et à relayer cette pétition afin d'empêcher ce massacre imbécile...

    Lien vers la pétition >>>>>>>>>


  • Le projet du site internet de l'APSMB voit enfin le jour après des années de promesses... OUF! C'est chose faite!!!
    Ce désir de communication n'est pas nouveau, mais il y eut des bouleversements, reports et surtout des vies bien remplies...

    A l'occasion de l'organisation d'une soirée/débat sur notre association par l'équipe du festival de cinéma "IMAGES EN RESISTANCES" qui s'est déroulée du 28 février au 2 Mars 2014, nous avons pu exposer nos actions et partager nos différentes expériences avec les nombreux participants.

    Certains touchés par le même type de problématique, d'autres intéressés par l'avenir en Bouriane ou par les résistances locales... Bref! Notre exposé des faits et la galerie de photos ont immanquablement touché les esprits et suite au débat Laurent Bluboux nous a offert d'écrire un article dans les pages du "Lot en Action".

    De fil en aiguille l'article est devenu le dossier central du numéro d'Avril du "Lot en Action". Il n'en fallait pas plus pour pour nous mettre le pied à l'étrier et les mots qui ont servi pour le dossier sont devenus grace à la magie de l'informatique, un nouvel espace de communication communément appelé : Site internet.
    Merci Laurent pour l'accueil dans tes pages...
    ...et bienvenue sur la toile à ce cher : www.lefrau.fr

    Cette page sera notre journal de bord et vous informera sur la vie de l'association à la façon d'un blog et vous renverra sur d'autres pages tels que dossiers, études, sites, galeries photos, articles, propositions, conseils, etc....

    Nous essayerons de tenir ce journal régulièrement.... c'est promis!

    En attendant n'oublions pas que notre objectif n'est pas de faire un site internet pour faire joli... mais règler un problème qui n'a que trop duré!!!
    Les galets sont très, très, très en colère!!!

  • Mise en ligne des divers documents : INDEX


  • Ouverture du site samedi 26 avril 2014...